La conquête de Pandrea

Forum de jeux de rôles de toutes catégories
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Lun 26 Sep - 16:50

De Korlt à Konoy - Prologue

Septembre 1246 – Quelque part dans les plaines du nord

Vares se recroquevilla davantage derrière les quelques touffes d'herbes qui jaillissaient au pied de l'arbre qui lui tenait lieu de cachette depuis deux jours. Deux jours déjà qu'il ne mangeait que la maigre chair des fruits de l'if et qu'il grattait l'écorce à la recherche d'insectes à grignoter. Mais il entendait désormais très clairement le galop rapide et léger du renne en approche. Le moment était venu.

Il vit jaillir à une cinquantaine de mètres la guerrière amazone, l'arc au poing et les cuisses serrées sur les flancs de l'animal. Vares resserra ses poings autour de la corde grossière et rêche...Plus que quelques coudées...Le changpa tira de toute se forces, se cambrant au maximum vers l'arrière au moment ou le renne passait près de l'arbre mort auquel il avait attaché l'autre extrémité du bout de chanvre. La chasseresse venait de le prendre en plein dans le bas-ventre, ce qui la désarçonna en laissant le cervidé poursuivre sa course effrénée entre les sapins.

L'Amazone voulut se redresser mais son souffle était toujours coupé et la douleur la forçait à se replier sur elle même. Elle vomît à travers son casque de cuir bouilli qui laissait dépasser ses nattes de guerre qui s'en trouvèrent souillées, puis tenta de relever la tête. Juste à temps pour recevoir le coup de pied remontant qui la fît basculer sur le dos. Elle sentît le poids d'un homme sur son buste et la poigne qui tentait de lui arracher son casque. Le soleil l'éblouît brièvement puis fût obscurci par les larmes qui giclèrent tandis qu'une nuée de coups poings s'abattaient sur son visage.

Elle entendait encore distinctement la voix au fort accent changpa:

"ça t'apprendra..."

Son arcade sourcilière explosa.

"...Sale truie!..."

Elle avala le sang dans sa bouche ainsi que deux molaires.

"...A traquer..."

Un crochet du droit lui décrocha la mâchoire.

« …Un Changpa ! »

Le retour du gauche acheva de la faire partir dans le coma.

Vares se releva lentement. Il tenta de contrôler sa respiration rapide et saccadée. En vain. L’adrénaline faisait trembler ses mains aux phalanges déchirées par les impacts successifs. Ses tempes palpitaient jusqu’à l’assourdir. Il n’y avait plus rien à entendre de toute façon. Un silence pesant s’était abattu sur le bosquet alors qu’un banc de nuages noirs s’étaient chargés de faire tomber une chape de plomb sur l’endroit. Le Changpa s’accroupît à côté de l’Amazone inconsciente et tenta de remettre de l’ordre dans les événements qui avaient précédés le combat.

Tout avait commencé aux abords du grand lac non loin de la cité impériale de Lamactala. Vares et les Thagis qui l’accompagnaient avaient été attaqués au petit matin par un grand nombre de guerrières. Vares ne s’expliquait toujours pas comment elles étaient parvenues à les localiser et à les surprendre aussi facilement. Il était en revanche à peu près certain d’être le dernier survivant changpa de l’assaut qui fût aussi brutal qu’expéditif. Il avait ensuite perdu ses armes, son or et une bonne partie de son équipement dans la traque qui s’en était suivie.

Son regard se posa sur le corps étalé à son côté. Le visage tuméfié produisait quelques bulles rougeâtres au rythme d’une pénible respiration. Un détail attira son attention et il s’approcha pour défaire la botte droite de la chasseresse. Une dague y était dissimulée…une dague ossan.

Un bruit dans son dos le tira de son étonnement et il se retourna juste à temps pour apercevoir la matraque qui lui percuta la mâchoire. Sa vision se troubla. Des lumières dansèrent devant ses yeux. Puis le noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Mar 27 Sep - 14:38

De Korlt à Konoy – Le campement

Des soldats encadraient la longue colonne de prisonniers. Chacun d’eux était équipé d’une longue lance, d’un petit bouclier en roseaux, d’un poignard et d’un long fouet de cuir passé dans la large étoffe qui leur ceignait la taille. Leurs habits noirs claquaient dans le vent des steppes.

Vares regarda par-dessus l’épaule d’un des guerriers et aperçut les attelages de yacks qui transportaient des hommes et des femmes à demi-nus dans de grandes cages en bois.

« Baisse les yeux. » , lui intima le garde.

Vares s’exécuta. Les liens qui lui entravaient les poignets dans le dos lui brûlaient la chair depuis trois jours déjà.

Il avait été amené dans l’une de ces cages avec une douzaine d’autres personnes. Des jeunes essentiellement. Quelques Impériaux, des Tyflaen, des Kildjoriens ainsi qu’un compatriote changpa qui mourut de soif le premier soir et que les soldats jetèrent aux chiens errants qui semblaient suivre perpétuellement les convois d’esclaves. Vares n’avait cessé d’entendre les grognements de ces chiens pelés même lorsqu’ils furent arrivés dans ce campement. Ils se mêlaient aux borborygmes hideux des soldats et aux gémissements des autres captifs.

Alors que la file avançait, il jeta un second coup d’œil sur la gauche. Une deuxième colonne progressait lentement dans la poussière, composée exclusivement de femmes et de jeunes filles nues qui poussaient régulièrement des cris aigus lorsque l’un des esclavagistes ne pouvait retenir une main baladeuse toujours suivie d’un rire guttural et débile.

L’un de ces rires fût soudainement coupé net par le bruit d’un cartilage brisé. L’un des gardes venait de tomber à la renverse en se tenant le nez à deux mains. Une des femmes lui avait expédié un coup de tête et s’acharnait à lui cracher dessus tandis que deux soldats tentaient de la remettre dans le rang à coup de hampe dans les genoux. Vares reconnu l’Amazone qu’il avait affronté dans le petit bois grâce aux hématomes qui lui couvraient le visage.

On poussa derrière lui et il se retrouva face à une table de fortune faite de deux souches et d’une planche. Assis derrière se tenait un borgne grassouillet qui griffonnait des parchemins. Derrière lui flottait un étendard ocre sur lequel avait été peinte grossièrement une bande noire verticale. Le symbole de la Tour Noire de Korlt.

« Esclave 364. », énonça le lieutenant d’une voix lasse. « Alors…qu’est-ce que tu sais faire ? »

Vares réfléchit un instant à la question et répondit naturellement :

« Je crois que je sais me battre. »

Le lieutenant s’arrêta un instant et releva le nez de ses parchemins étalés. Il haussa un sourcil au dessus de son œil valide et pinça les lèvres. Il jaugea le changpa de la tête aux pieds en émettant des claquements de langue dubitatifs. Après un ultime instant de réflexion il fît signe à deux gardes et agita l’index. Les deux hommes soulevèrent promptement Vares par les aisselles et le traînèrent à l’extérieur du campement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Mar 27 Sep - 20:09

HRP : Défoule toi pol Je persiste à penser que c'est toi qui a la chance d'écrire les rps les plus agréables à lire, alors fais nous en profiter :ok:

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Mar 27 Sep - 21:35

HRP: quelqu'un qui utilise les factions non-jouables que j'ai créé, je verse une petite larme de bonheur :ok:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Jeu 29 Sep - 19:51

De Korlt à Konoy – La fosse

Le tri des prisonniers était une composante essentielle de la machine esclavagiste de Korlt. Cette sélection comprenait de nombreux paramètres qui permettaient de répartir les esclaves dans différentes catégories qui rendaient le choix des futurs acheteurs plus aisé. Parmi ces paramètres, deux étaient primordiaux : les impotents et les guerriers ne pouvaient pas être vendus. Les premiers coûtant plus qu’ils ne rapportent et les seconds ayant la fâcheuse habitude de tuer leur maître dès que l’occasion se présente.

Ces deux types de prisonniers finissaient généralement dans l’une des arènes primitives que les soldats de Korlt construisaient parfois à proximité des itinéraires de pillage. Selon les lieux, il s’agissait soit de bâtiments permanents qui réunissaient à la fois l’arène à proprement parler avec une taverne ou un lupanar (la sagesse populaire rappelant qu’on peut toujours trouver des filles dans les tavernes et boire un coup au lupanar) soit de larges fosses creusées dans le sol de la steppe et bordées de longs pieux, d’étendards déchirés et d’ossements. Les combats d’esclaves faisaient partie des divertissements favoris des hommes de Korlt.

Vares fut amené près de l’une de ces arènes creusées au moment où deux prisonniers se battaient à mains nues. Le plus robuste des deux avait réussi à projeter l’autre au sol et tentait désormais de l’immobiliser pour l’étrangler.

On ôta la tunique du changpa et on lui versa deux seaux remplis de sang chaud dessus avant de le recouvrir d’une peau de daim fraîchement dépecée et fermement maintenue par des lanières de cuir.

Quelques instants plus tard, on remonta les cadavres des deux prisonniers qui avaient fini par s’entretuer à coups de dents. Quatre gardes furent chargés d’expédier les corps dans un grand brasier qui crachait une fumée noire et étouffante sur tout le campement. Les deux soldats qui s’étaient occupés de Vares le précipitèrent dans le trou et l’un d’eux émît un petit sifflement approbateur en voyant la réception parfaite du jeune montagnard.

Vares inspecta l’endroit où il se trouvait. Du sable et de la sciure avaient été étalés sur le sol et s’agglutinaient au contact du sang. Les parois ne présentaient aucune prise exploitable. Au sommet, il pouvait distinguer clairement le cercle d’hommes amassés pour assister au spectacle. L’un d’entre eux semblait être le capitaine du groupe de pillage à en juger par son aspect plus imposant et ses airs de vétérans. Sa cape de cuir épais au col en fourrure de loup et sa chevelure hirsute rendaient sa carrure plus respectable encore et lui procuraient une aura sinistre. Il était entouré d’un groupe de guerriers patibulaires en armure de bronze qui repoussaient les autres soldats lorsqu’ils s’approchaient trop près de leur chef.

Sur sa gauche, une cage maintenue par des cordages amorça sa descente vers le fond de l’arène. Lorsqu’elle y fut parvenue, l’une des cordes releva l’ouverture qui laissa glisser la silhouette musculeuse d’un puma. Le fauve n’avait de toute évidence pas apprécié la semaine de jeûne qui avait précédé cette rencontre.

Une quinzaine de mouches virevoltaient frénétiquement autour du changpa dégoulinant de sang nauséabond qui observa la bête lui tourner autour alors que les cris des hommes de Korlt se faisaient plus assourdissants.

Le puma se raidît et se tassa l’espace d’un instant avant de bondir en direction de Vares…avant mordre la poussière dans un feulement aigu.

Le silence venait dans s’abattre autour de l’arène. Un silence uniquement rompu par le pas boiteux de l’animal qui retournait aussi vite qu’il le pouvait dans sa cage.

Le capitaine de la troupe haussa un sourcil. Vares le regardait d’un regard métallique de rapace. L’homme eut un sourire en coin et agrippa le garde-du-corps à sa droite par son gorgerin et le poussa dans la fosse où il s’écrasa lourdement. Malgré l’impact, il se redressa et dégaina la dague de bronze qui était glissée à sa ceinture. Vares retira promptement la peau qui le recouvrait encore et enroula les sangles de cuir autour de ses poings. Il essuya le sang et la sueur qui dégouttaient de ses sourcils et s’élança contre l’esclavagiste.

Les estocades de dagues s’enchaînaient mais aucune ne faisait mouche. Le changpa se contentait d’esquiver souplement les attaques. Face à lui, le Korltien massif et entravé par son équipement faiblissait rapidement et maintenait son souffle avec difficulté. Vares parvint finalement à agripper le bras qui maniait l’arme et en profita pour envoyer un coup de pied dans l’entrejambe immédiatement suivi d’un coup de poing dans la gorge. Il désarma son ennemi en tournant sur lui-même ce qui déchira les ligaments du poignet.

« Remontez-moi celui-là » murmura le capitaine au lieutenant borgne qui avait rejoint l’arène après avoir fini de décompter les prises du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Dim 2 Oct - 20:39

De Korlt à Konoy – Le Skaer

La tente du capitaine était composée d’une armature en bois de bouleau recouverte de peaux grossièrement cousues les unes aux autres. L’ouverture centrale dans la tenture n’était pas suffisamment grande pour laisser entrer suffisamment de lumière ni pour que la fumée du feu ne s’échappe correctement, si bien qu’il était difficile de garder les yeux ouverts et de respirer l’air vicié par la moisissure et la combustion de la bouse de yack.

Un petit siège apparemment acheté à un marchand des îles de l’est était l’unique véritable meuble que l’on pouvait trouver. De toute évidence, l’officier korltien ne possédait pas d’autres vêtements que ceux qu’il portait lorsqu’il avait été assisté aux combats de l’arène et il devait dormir à même le sol sur les peaux d’ours sur lesquelles ronflaient encore deux jeunes esclaves nues au moment où l’on amena Vares.

Le capitaine prit place sur le siège et demanda aux deux gardes d’élite qui l’escortaient de les laisser seuls. Une des esclaves se réveilla et regarda Vares, ses mains ligotées dans le dos et le sang séché qui le recouvrait encore sans y prêter plus d’attention que nécessaire. Elle s’approcha du feu dont elle remua les braises jusqu’à obtenir des flammèches et disposa une casserole remplie d’eau au dessus à l’aide d’une broche métallique.

Le chef des esclavagistes lampa un fond de bière dans un gobelet d’étain qui traînait à ses pieds et s’adressa à Vares :

« Tu es un de ces insoumis de Changpa c’est ça ? Et tu te bas remarquablement bien…Deux choses qui te rendent invendable. Deux choses qui te rendent pourtant très précieux. Pour nous. En effet, nous manquons de traqueurs et de gens pour les former correctement. Si tu nous rejoignais, cela garantirait ta liberté et ta vie. Actuellement tu ne possèdes plus la première et un refus pourrait entraîner la perte de la seconde, pour être tout à fait honnête avec toi. »

Vares attendit un instant avant de répondre. Il observait les petits chapelets de bulles qui apparaissaient au fond de la casserole de cuivre.

« - Vous avez une chose qui m’appartient.

-Laquelle ?

-L’amazone que vous avez capturée en même temps et au même endroit que moi.

-Peut-être. Et ?

-J’en aurai besoin. Avant de partir d’ici. »

Le capitaine se plia en deux en se claquant les cuisses. Son rire était franc et laissait voir ses dents plates et brunes.

Il arrêta brusquement de se gausser lorsqu’il vit Vares effectuer un bond sur place prodigieux ce qui lui permit de faire passer ses jambes entre ses bras et ainsi retrouver ses mains devant lui. Une roulade lui permit de franchir la distance qui le séparait du feu pour s’emparer de la broche et renverser son contenu sur le feu qui s’éteignit.

Les hurlements conjugués des esclaves et du Korltien alarmèrent les gardes qui franchirent le seuil de la hutte en dégainant leurs armes. Quelques secondes à peine s’étaient écoulées. Pourtant, leur chef gisait près du feu, la broche métallique plantée à la base de l’os occipital et les deux jeunes filles étaient évanouies, vraisemblablement assommées.

La pénombre et le silence régnaient. Aucune trace du prisonnier changpa. D’un geste de la main l’un des soldats intima à son frère d’arme de surveiller la tente pendant qu’il allait chercher du renfort. Il se retourna vers l’entrée pour se retrouver face à face avec Vares qui lui expédia un coup de poing dans le buste ce qui le repoussa à la distance parfaite pour le coup de pied qui atteignit sa tempe à pleine puissance. Le changpa enchaîna un coup de genoux sauté dans le visage du second garde qui s’effondra à côté du premier.

Vares s’empara des deux glaives de bronze, sortit de la tente et commença à courir vers l’extérieur du campement. Le crépuscule était déjà bien amorcé et il n’eut pas de peine s’éloigner rapidement du gros des tentes et des chariots sans rencontrer plus d’un garde qu’il égorgea sans ralentir sa vitesse.

Arrivé à une vingtaine de mètre de la dernière tente, un cri l’arrêta. A sa droite, un homme était attaché à un pieu planté dans le sol.

« Détache-moi. Ou j’attire les gardes. »

Vares songea qu’il était déjà un peu tard pour cela. Des hurlements de gardes et de chiens lui indiquèrent qu’il avait une fois de plus raison…Il lâcha un soupir et coupa les liens de l’esclave qui se révéla être un géant blond lorsqu’il se redressa.

« - Je suis Bjorn. Bjorn d’Yggraburg. Et toi, tu es ?

-Très pressé. »

Les deux fuyards entamèrent leur descente dans les ténèbres de la steppe nocturne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Lun 3 Oct - 18:21

Ca promet d'être intéressant study

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Lun 24 Oct - 23:07

De Korlt à Konoy – Tyflae

Une nuée de corbeaux s’envola alors que les éclats de rire se répercutaient contre les parois calcaires qui encadraient la petite étendue d’eau verte.

Vares était assis sur la plage de galets qui bordait la rive ouest du lac. Il observait le Skaer qui s’était immédiatement jeté à l’eau dès qu’ils avaient trouvé l’endroit et ne l’avait plus quittée depuis. Vares songeait que le dénommé Bjorn devait être une sorte de chaînon manquant à mi-chemin entre la loutre et le buffle. La pilosité du barbare lui avait mis la puce à l’oreille.

Le changpa se releva et marcha en direction du bosquet qui se dressait derrière lui. Une fois à l’ombre des arbres, il entreprit de grimper sur celui qui lui semblait être le plus haut. Il entendait toujours le Skaer qui entonnait désormais une chanson dans sa langue natale qu’il devina être paillarde.

La cime du sapin constituait un perchoir parfait pour sonder les terres dans toutes les directions. Vares pouvait voir le labyrinthe de vallons et de collines se poursuivant jusqu’aux montagnes qui couvraient sa propre contrée et les terres des Ossans. Des fortins s’élevaient ça et là et de nombreuses tours dessinaient ce que Vares devina être la frontière du royaume de Tyflae. De l’autre côté, s’étendaient la steppe que lui et le viking avaient parcouru à pied deux nuits durant. Un nuage de poussière s’avançait à grande vitesse dans sa direction. A mesure que la distance se réduisait le changpa parvint à distinguer la troupe de cavaliers de Korlt qui devaient être à leur poursuite depuis l’évasion du camp des esclavagistes. De grands loups musculeux zigzaguaient à vive allure entre les yacks qui portaient les soldats.

Vares descendit de l’arbre et se mit à courir vers le lac. Mais une fois arrivé à la lisière du bois, il entendit le vacarme des sabots les grognements des bêtes. Il jura entre ses dents et se jeta à plat ventre derrière une racine. Il ne voyait plus le Skaer qui devait également avoir trouvé refuge dans les hautes herbes et les roseaux.

La dizaine de Korltien en armes mit pied à terre. Leur chef beugla quelques ordres que Vares ne comprit pas mais semblaient vouloir dire que la troupe allait faire une pause ici.

Quelques minutes s’étaient écoulées lorsque Bjorn sortit en hurlant de sa cachette et se jeta sur les hommes de Korlt. Le premier d’entre eux, surpris par l’attaque fut attrapé par le Skaer qui le lança à bout de bras sur un autre esclavagiste. Ses yeux étaient exorbités et de l’écume jaillissait de sa bouche à chaque grognement qu’il poussait. Il s’empara ensuite d’un énorme rocher qu’il abattit sur la tête d’un des deux soldats qu’il venait de mettre à terre. Le survivant poussa un cri aigu alors que des fragments d’os et de cervelle lui giclèrent au visage.

Vares s’élança également, dégainant les deux longs poignards de bronze qui étaient toujours en sa possession depuis sa fuite. Le vent jouait en sa faveur et le viking retenait l’attention des Korltiens qui ne l’entendirent pas arriver. Il enfonça sa première lame dans la rate d’un guerrier qui s’apprêtait à lancer une javeline sur Bjorn et l’égorgea de la seconde. Il eut le temps de frapper un second homme d’une estocade dans la nuque avant d’être fauché pas un cavalier qui lui expédia un filet dans les jambes.

De son côté, le Skaer était au prise avec cinq loups qui l’encerclaient et l’attaquaient à tour de rôle tandis que des Korltiens s’approchaient prudemment la lance au poing.

Le rétiaire était descendu de sa monture et s’approchait du changpa empêtré l’arme au poing. Un sourire en coin était visible sous son casque de cuir noir. Vares lui jeta l’une de ses dagues mais le guerrier l’évita d’un simple pas de côté. Il voulut trancher les mailles qui l’entravaient avec la lame qui lui restait mais le soldat progressait inexorablement, savourant la panique qui envahissait sa victime au fur et à mesure que la distance entre eux se réduisait comme peau de chagrin.

Ce n’est que lorsqu’il se trouva à moins d’un mètre de Vares que le Korltien s’effondra. Un bref sifflement avait précédé sa chute. Un sifflement et le bruit sourd d’une flèche se fichant dans une boîte crânienne. Bruit bientôt suivi par les cris de guerre d’une horde d’archers montés sur rennes qui apparurent hors du bosquet où se trouvait Vares quelques instants plus tôt. Les nouveaux venus décochaient leurs traits à une cadence que même le changpa jugea respectable bien que la facture de leurs arcs de cornes laissât à désirer.

Quelques instants plus tard les esclavagistes avaient été décimés ou mis en fuite et Vares se retrouva à converser avec l’un des chevaucheurs de rennes qui leur étaient venu en aide tandis que Bjorn étaient allongé sur le sol, le regard dans le vague et la respiration haletante. L’homme se présenta comme étant le chef de la troupe d’éclaireurs :

« - Vous êtes sur les terres du Royaume de Tyflae. Une chance que nous passions pas là sinon je ne donnais pas cher de votre peau !

-C’est certain. Répondit Vares. Nous vous sommes infiniment redevables !

-Allons. C’est toujours un plaisir de massacrer les rats de la tour de Korlt qui ont l’audace de violer la frontière. Et plus encore de venir en aide aux ennemis de nos ennemis. Nous allons vous fournir des vêtements et vous conduire jusqu’à la ville la plus proche. »

Vares s’inclina. Un bras gisait à ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Mar 25 Oct - 16:33

:bravo: Comme d'habitude, c'est génial à lire, plein d'humour et de détails sanguinolents mr red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Mer 9 Nov - 14:33

De Korlt à Konoy – L’auberge

Vares sonda le regard du Skaer.

« - Et tu es certain de ne pas vouloir retourner à Yggraburg ?

-Impossible. Tu m’as sauvé la vie et nous sommes frères d’armes désormais. Hors de question que tu te débarrasses de moi. En plus, je crois bien que je n’ai plus de famille en vie en territoire Skaerling. Quelques bâtards peut-être… »

Vares haussa les épaules et lampa le fond de sa corne remplie de bière. Le liquide trouble et épais lui faisait l’effet d’un baume apaisant. Mais pour l’esprit.

« - Combien nous reste-t-il ? demanda le Changpa.

-Suffisamment pour rester quelques jours et nous remettre en selle. Même si l’on ne devrait pas trop prendre racine, m’est avis. »

Bjorn avait alors lancé un regard en coin vers une table voisine où les hommes attablés n’avaient pas cessé de le dévisager lui et Vares depuis leur entrée dans la taverne. Une certaine notoriété les poursuivait. Cela remontait à leur arrivée en ville, escortés par les gardes tyflaen. Les deux aventuriers s’étaient rapidement mis en quête d’argent facile, chose qui ne manquait pas dans la fameuse cité frontalière d’Il-Raki où confluaient tous les mercenaires et les bandits des Terres du Nord. Après quelques minutes de palabres, Bjorn était parvenu à convaincre le propriétaire d’une arène privée des beaux-quartiers de les laisser participer aux combats de la soirée à venir. Le viking avait défait une demi-douzaine d’adversaires d’affilée, en tuant un au passage. Puis, lorsque Vares l’avait senti faiblir, il était entré dans l’arène. Bjorn s’était rapidement couché et le changpa avait alors pris la relève au grand malheur des dix gladiateurs suivant. Les gains –plus que respectables- avaient été mis en commun et placés sous la bonne garde de Bjorn qui affirmait avoir une longue expérience en matière de trésorerie.

Le skaer s’était montré loquace durant la semaine. Vares connaissait ainsi la totalité du passé de son comparse. D’abord fils de bûcheron, le jeune Bjorn avait découvert la bénédiction d’Odin, le pouvoir de berzerker, lorsqu’il décapita à mains nues un garçon de son village qui convoitait la même donzelle que lui. « Pisseuse. Avait ajouté Bjorn arrivé à ce point du récit. Mais une jolie pisseuse. » L’exile qui résulta de son acte le conduisit naturellement à s’engager dans un équipage pirate avec lequel il parcouru la Mer Blanche et ses îles, pillant, brûlant, tuant et réduisant en esclavage tout ce qui croisait leur route. Et, une matinée de l’hiver 1245, ils avaient été défaits au large de l’archipel d’Oknstak par une flottille adverse. Bjorn s’était montré plutôt vague à propos des quelques mois qui s’étaient écoulés entre le moment où son corps avait été recraché par la mer sur une plage de Sylmen et celui où il était tombé entre les griffes des esclavagistes. Aujourd’hui, il semblait reprendre confiance dans le destin. L’épaisse pelisse de loup qui lui couvrait les épaules le faisait paraître plus large encore et son armure de cuir fraîchement achetée était du plus bel effet. Il paraissait également satisfait de la paire de hache qu’il avait récupérée d’occasion à un type louche au détour du marché aux armes. Bjorn aimait les plaisirs simples comme les grosses haches et les putes élancées.

« Pourquoi vous restez dans votre coin, les guerriers ? Vous n’aimez pas danser ? »

Le viking sursauta. Il n’avait ni vu ni entendu arriver la jeune fille qui venait de lui susurrer ces mots à l’oreille en lui glissant une main délicate le long du bras. Les fines étoffes qu’elle revêtait, mises bout-à-bout, n’auraient certainement pas fourni suffisamment de tissu pour fabriquer un mouchoir adapté au nez de Bjorn (et Bjorn pouvait se vanter d’avoir un nez plutôt fin) et laissaient voir la plus grande partie de ses seins ronds et rebondis qu’elle appuya contre la joue du viking tout en adressant un clin d’œil complice à Vares.

« Bjorn, voici Ilène. Ilène de Nuen. Je l’ai rencontrée ce matin dans le quartier rouge d’Il-Raki…Figure-toi que notre amie est au service de la Verge Blanche et se rend à la Tour Noire de Korlt pour y rencontrer les autorités en vue de l’installation d’un établissement de son organisation en territoire korltien. Malgré son laissez-passer, Ilène m’a fait savoir qu’elle était à la recherche d’hommes en mesure d’assurer la sécurité de son convoi à travers les steppes. Et comme je suis bien incapable de dire non à un si joli minois, je me suis engagé sur le champ... »

Le guerrier skaer se leva, écarta la nouvelle venue d’un revers de main, empoigna Vares par le col de sa chemise et le traina vers un coin plus sombre encore de l’établissement. Il plaqua le Changpa contre un mur et le menaça de l’index.

« Tu veux notre mort ? Après le lupanar que tu as mis là-bas et l’escouade massacrée à la frontière, la moitié des soldats de Korlt doivent rechercher le Changpa qui leur a mis la pâtée et le Skaer qu’il a libéré au passage. Et tu voudrais qu’on aille droit dans la gueule de Fenrir en escortant cette catin ? »

Vares empoigna le gros doigt tendu vers son visage. Bjorn ne comprit trop comment il s’était retrouvé écrasé contre la paroi où se trouvait son comparse moins d’une seconde auparavant, sans possibilité de se dégager de la prise que se dernier exerçait sur son bras.

« Ecoute-moi bien, Viking. Il y a moins d’une lune, j’étais encore un Thagi. Tu sais ce que c’est ? Nous sommes les garants de la sécurité du peuple Changpa. Les traîtres et les comploteurs sont rares chez nous car ils savent que les meilleurs soldats et les plus savants des sorciers sont à leurs trousses… Mais, voilà que mon groupe est tombé dans une embuscade tendue par des Amazones. A ma connaissance je suis le seul survivant…Ceci n’aurait pas pu se produire en temps normal. Chaque jour, des soldats tombent dans des guets-apens, se font encercler par l’ennemi, se font défaire par le nombre et l’organisation de l’adversaire, mais pas nous ! Jamais ! …Je soupçonne un maître assassin Ossan d’être à l’origine de cette débâcle. Et figure-toi que la seule personne en mesure de confirmer mes soupçons doit en ce moment même être vendue dans un bazar korltien. Et cette catin insulaire est le seul moyen de pénétrer sur le territoire contrôlé par la Tour Noire sans se faire tirer à vue ! »

Le Skaer, toujours bloqué, ricana entre ses dents et répliqua :

« Je crois que si tu veux être un garde du corps crédible pour la fille du sud, tu ne devrais pas la laisser traîner seule à une table de la taverne la plus glauque d’Il-Raki… »

Le Changpa relâcha sa prise et se tourna en direction d’Ilène pour constater que celle-ci était entourée par le groupe d’hommes qui les observait quelques instants plus tôt. L’insulaire ne paraissait pas à son aise entre ces cinq pochtrons qui lui postillonnaient au visage et laissaient leurs mains traîner sur ses cuisses.

Vares fit craquer sa nuque d’un mouvement de tête circulaire tout en remuant ses épaules. Il s’élança et après quelques enjambés, bondit sur une table à environs deux mètres de celle où la concubine de la Verge Blanche était retenue.

Le borgne affairé à contempler la gorge d’Ilène les deux poings appuyés sur le bois collant de bière de la table se retourna brusquement lorsqu’il entendit le grand « BANZAAAÏÏÏÏÏÏÏÏÏÏ »
retentir derrière lui. Il lui sembla que le temps ralentissait ce qui lui permit de contempler l’acrobatie du Changpa en rotation dans les airs comme un chat retombant sur ses pattes après avoir chuté. Sauf qu’un chat aurait amorti sa descente sur le sol avec ses pattes. Alors que Vares, lui, amortit sa chute sur la tête du souillon avec son tibia.

Les quatre piliers de bar restant qui n’étaient pas occupés à gargouiller dans leur sang se redressèrent comme un seul homme et dégainèrent les dagues tordues qui pendaient à leurs ceinturons. Bjorn qui passait par là attrapa Ilène par l’avant-bras et l’entraîna à sa suite hors de la taverne.

Une fois la porte passée elle glissa à l’oreille du Skaer :

« - Il va s’en sortir ?

- Boarf…il adore ça je crois. »

Au moment où Bjorn répondait à la belle, le corps inerte du plus massif des clients traversait le mur de terre de l’auberge y créant une ouverture béante d’où Vares émergea dans un nuage de poussière ocre, rapidement suivi par une quinzaine d’hommes armés de couteaux, de tessons et de tabourets, qui s’élancèrent à sa poursuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarik Stefanson
Kongr de Skaerling
avatar

Nombre de messages : 2397
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
78 / 10078 / 100

Expérience de rôliste :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 20/02/2008

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
23/23  (23/23)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Jeu 1 Déc - 13:23

Yeah!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Dim 25 Déc - 13:30

De Korlt à Konoy – Le calme

Vares s’étendit de tout son long sous dans l’ombre d’un des gros rochers couverts de mousses qui parsemaient les collines depuis quelques milles déjà. Il décrocha la gourde de calebasse qui pendait à sa ceinture et en porta le goulot à ses lèvres. Après avoir essuyé sa bouche d’un revers de manche il contempla un instant le reste de la caravane en contrebas de la colline. Les pauses avaient été courtes et peu nombreuses car Vares estimait qu’une colonne de chariots alourdis par les soieries, les parfums et les bijoux ne pouvait pas s’accorder le luxe supplémentaire de traîner le pas au beau milieu des solitudes septentrionales de Pandrea. D’autant plus lorsque le chargement humain de ces chariots était composé de concubines et de mercenaires qui en auraient fait leur bon plaisir en temps normal.

Lorsque le Changpa avait accepté d’escorter Ilène jusqu’à la Tour Noire, il était loin de s’imaginer que le contrat incluait également toutes ses suivantes et leurs bagages. Pour éviter leurs jacasseries perpétuelles auxquelles faisaient écho les grivoiseries des brutes ignares qui s’étaient improvisés soldats la veille du départ, Vares s’était autoproclamé éclaireur et guide de la petite troupe. Si bien qu’il passait le plus clair de son temps en avant du convoi en compagnie de Bjorn qui possédait des talents de trappeurs appréciables. Ce dernier venait de gravir la pente douce et vint s’asseoir au côté du montagnard.

« - J’ai un peu exploré les environs…, commença le viking,

- Et ? Qu’est-ce que tu en dis ?

- J’en dis qu’on va avoir une grosse tempête de neige d’ici un ou deux jours. J’en dis qu’on se dirige droit vers un gros marécage avec des roulottes surchargées. Et j’en dis que j’ai retrouvé de la merdaille d’homme et de chien à quelques endroits bien placés pour des guets-apens.

- On va rire, soupira le Changpa.

- Combien de temps allons-nous rester à l’arrêt ? »

Vares porta à nouveau son regard en direction des chariots disposés en cercle autour du bivouac qui s’était comme construit de lui-même au fil des heures. Deux soudards s’amusaient à se lancer le corps hilare de la plus jeune des suivantes d’Ilène qu’ils avaient auparavant méthodiquement saoulé.

« - Le temps que les yaks se reposent, lâcha-t-il finalement »

Bjorn éclata d’un grand rire et congratula son ami d’une claque dans le dos. Il se leva, toujours agité par ses ricanements, et se décida à aller instaurer un peu de discipline dans les rangs façon main dans la gueule et botte au derche.

Vares se rallongea dans l’herbe jaunie. Le sommeil pointa dans un recoin de sa conscience et commença à se répandre dans tout son être gourd et endolori. Il ne lutta pas…

Les brumes se dissipèrent. Petit à petit. Lentement, rampant entre les bambous. Le soleil darda quelques rayons qui se réfléchirent sur les lames des guerriers. Vares était l’un d’eux. Eux, ces guerriers sauvages des Monts Xenling, les cheveux dressés sur la tête, vêtus uniquement de pantalons courts et amples, la peau couverte de tatouages ésotériques. Leurs armes étaient la machette, la faucille, le bâton, le fouet et le poignard. Ils étaient prêts à en découdre avec les envahisseurs venus du désert qui mettaient les jungles et les montagnes à feu et à sang.

La chaleur était étouffante en cette saison où le corps peinait à respirer l’air humide. Mais l’ennemi était là, empruntant la mauvaise route. Celle qu’avaient empruntée beaucoup de leurs semblables au fil des siècles. Leurs ossements s’accumulaient en petits monticules le long du sentier mais ce n’était de toute évidence pas un avertissement suffisant.

Les moines qui les accompagnaient soufflèrent dans les cors de bronzes et martelèrent les larges tambours qui avaient été amenés sur des plateformes roulantes. Ce fut la charge : Toute la tribu s’élança dans un grand hurlement barbare. Vares se retrouva bientôt au milieu du carnage. Il enchaînait les adversaires. Rien ne pouvait les arrêter lui et les siens. Les flèches pleuvaient sur l’ennemi depuis les pentes qui bordaient la route. De gros rochers arrachés à la falaise fauchèrent les premiers pleutres à fuir la bataille. Le chaos fut finalement parachevé par une volée de grenades en terre cuite qui explosèrent dans les rangs adverses bientôt envahis par l’odeur putride de la poudre.

Vares se retrouva entouré de fumée. Les hurlements des blessés et les chocs de l’acier lui paraissaient lointain. Il ne distinguait plus que des ombres çà et là. L’une d’elle devint plus opaque jusqu’à devenir l’unique être que le jeune Changpa pouvait clairement identifier. Il s’agissait d’un guerrier de l’archipel Okoti, tout en sabre et armure. Un masque accroché à son casque lui cachait le visage. Après un instant d’observation, il leva son sabre en garde haute. Vares chargea et les coups s’échangèrent à une vitesse ahurissante. Le combat parut durer une éternité entière, jusqu’à ce que les deux hommes se retrouvent désarmés, au corps à corps. Vares déviait du mieux qu’il pouvait les poings gantés de son ennemi tout en distribuant une série de coup de pieds dévastateurs dans l’intérieur de ses genoux. L’une des articulations lâcha un craquement répugnant et le guerrier oko s’affaissa et se fit cueillir par un coup de coude ascendant qui le projeta sur le dos.

Vares s’approcha prudemment du guerrier terrassé et tendit la main pour lui arracher son masque…


Il ouvrit les yeux. Et vit un gros museau velu qui lui crachait de jets de vapeur chaude au visage. Puis une grosse langue violette qui lui râpa goulument la face. Le Changpa écarta la tête du renne qui se rabattit sur une touffe de blé sauvage. La bête était montée par Ilène dont on ne reconnaissait plus que les yeux fardés. Son corps était emmitouflé sous plusieurs couches de vêtements blancs et de pelisses de renard polaire et sa tête était ceinte d’un turban orné de perles auquel se rattachait une étoffe qui la couvrait des pommettes jusqu’à la gorge. Elle descendit de selle et un peu de poussière ocre tacha le bas de ses robes. Elle s’assit sur une pierre plate qui lui paraissait propre en face de Vares.

« - Alors, Maître changpa, on rêvasse ? »

Le thagi ne releva pas. Il épousseta les vêtements sombres qu’il avait achetés peu avant leur départ d’Il-Raki : un pantalon ample rentré dans ses bottes de cavalier et maintenu par une large ceinture de tissu ainsi qu’une simple tunique et une veste de coton épais. Il n’estimait pas avoir besoin de plus en dehors des armes qu’il avait également obtenu à bas prix. S’il était satisfait du sabre, il n’en allait pas de même de l’arc de corne tyflaen contre lequel il n’arrêtait pas de pester à un point proche de l’obsession pathologique. Il vérifia d’un coup d’œil qu’elles n’avaient pas bougé pendant son sommeil agité.

« - Vous savez, reprit-elle, j’ai passé quelques années en territoire changpa, dans la ville de Liugrön où la Verge Blanche possède un établissement. Cependant je ne parviens pas à reconnaître votre accent…de quelle région venez-vous ?

- Ma tribu est celle de la Neige-de-Diamant originaire de la province de Dam, récita Vares sans même prendre la peine de dissimuler un tant soi peu le mensonge qu’il venait de servir. »

Ilène détacha l’étoffe qui lui couvrait le visage et le laissa pendre sur le côté de sa tête. Son nez et ses joues étaient empourprés par le vent froid qui soufflait perpétuellement. Elle ôta également ses gants de fourrure et s’empara de la gourde de Vares dont elle lampa le contenu. Un froncement de sourcil et un toussotement contenu trahirent la surprise qu’elle éprouva au goût de la mixture.

« - Je me souviens vous avoir vu parler longuement à un apothicaire ambulant d’Il-Raki. Est-ce là le secret des Changpas pour ne jamais éprouver le froid ?

- C’est le secret des Changpas contre la diarrhée. Je supporte mal la nourriture des plaines du nord…, répondit-il avec désinvolture.

- En parlant de plaines du nord, il est amusant de noter à quel point les rochers qui parsèment la région ressemblent à votre calebasse.

- En parlant de Changpas, il est amusant de noter à quel point notre histoire est tombée dans l’oubli… Figurez-vous que nous avons traversé ces territoires lors de l’exil qui nous mena jusqu’aux montagnes. Plusieurs générations de Changpas ont dominé la région avant de poursuivre le voyage. Ce ne sont pas des rochers que vous voyez là. Ce sont des statues de bouddhas ayant subi plusieurs siècles des intempéries et du vent propre au climat local. »

Quelques flocons se déposèrent sur les épaules de Vares au moment où Ilène lâchait un simple « oh ! » de surprise. Le Changpa contempla discrètement le profil parfait de la jeune femme puis se releva en s’emparant de ses armes qu’il entreprit de sangler.

« - Nous devons nous aussi reprendre la route. Elle est encore longue et je m’en voudrais de faire attendre les esclavagistes korltien, dit-il »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Jeu 23 Fév - 14:25

[HRP: deux mois plus tard...un début de suite....quel rythme effréné !]


De Korlt à Konoy – La tempête

Novembre 1246 – Tour de Korlt

La Tour Noire était l’unique point de repère pour un œil humain dans le désert blanc des steppes enneigées. Elle se tenait là, monolithique, crachant un peu de lumière dans la brume du matin. L’incessant défilé de chariots remplis d’esclaves qui en temps normal formaient comme une toile d’araignée qu’il était possible d’admirer depuis le sommet de l’édifice avait été stoppé net depuis le début de la tempête. L’hiver était arrivé dans les territoires du nord, et il n’avait pas vraiment pris le temps de frapper à la porte.

Ce qui embêtait bien Telek, car son poste de garde était celui de la porte de Korlt. Le froid transperçait son uniforme de soldat et les multiples couches de peaux qu’il avait empilées sur sa vieille carcasse noueuse. Quant à ses bottes, elles infusaient littéralement dans une flaque de neige fondue. Le blizzard était retombé ce jour là, ce qui lui avait permis de sortir pour la première fois de son poste depuis plusieurs jours.

Il scrutait l’étendue des plaines d’un air détaché, d’avantage fasciné par les volutes qui accompagnaient chacune de ses expirations. Il se cramponnait à la hampe de sa lance pour se souvenir qu’il avait des doigts.
Au cours de ses nombreuses années de service au sein de l’armée Korltienne il avait à peu de chose près vu toutes les bizarreries que ce monde pouvait vous envoyer à la tronche. Il était ainsi parvenu à la conclusion que ce que tous les prêtres, les mystiques et sectateurs en tous genres appelaient tour à tour cosmos, univers ou réalité était en réalité une vaste blague, à peine plus marrante que celles qu’on entendait au bar en fin de soirée mais infiniment plus longue et retorse. Et il appelait idiot toute personne qui ne faisait pas au moins semblant de rire de cette existence.

Aussi, lorsqu’apparurent devant lui un grand géant blond armé jusqu’aux dents et l’une des plus belles femmes qu’il lui ait été donné de voir dans sa vie lui tendant un laissez-passer pour rentrer dans l’enceinte de la tour, vraisemblablement venus à pieds depuis on-ne-sait-où par un temps à faire crever les oiseaux en vol, Telek rigola un bon coup.

***

Ailleurs…

Vares contempla ce qu’il restait du champ de bataille. Des cadavres d’hommes et de bêtes gelés et des chariots renversés, éventrés. Les pillards n’avaient pas fait dans la dentelle. Il ne restait plus rien de la cargaison. Hormis les corps bleus des suivantes d’Ilène qui avaient fait le bon plaisir des attaquants avant d’êtres égorgées à la limite de la décapitation et empilées dans un fossé sur le côté de la route. Les yacks et les rennes qui étaient morts durant l’affrontement avaient été dépecés et on avait gratté jusqu’à l’os chaque centimètre pouvant offrir quelque chose de comestible si bien qu’il n’en restait que des carcasses laissées au vent. Quant aux mercenaires qui escortaient le convoi, Vares ne savait pas trop qu’en penser, mais il estima qu’ils avaient dû subir un sort à mi-chemin entre celui des concubines et celui des animaux.

Ils avaient attaqué rapidement et en nombre. Vares, Bjorn et Ilène étaient pas chance en tête de la troupe à ce moment là, et le Changpa ordonna immédiatement la fuite. Il les avait perdu de vue au moment où son renne s’était pris le sabot dans un amas de racine et il ne pouvait qu’espérer que ses compagnons s’en soient sorti indemnes.

Les dieux qui devaient définitivement bien l’aimer transformèrent sa chute de monture en dégringolade à travers la forêt qui se solda par la découverte d’une tanière d’ours abandonnée. Vares songea que les pillards qui venaient de les prendre pour cible devaient avoir pour autre coutume de chasser l’ours au moment où ces derniers entraient en période d’hibernation et constituaient des proies faciles pour un groupe de trappeurs entraînés.

Puis la tempête était arrivée. Une semaine durant le Changpa se terra. Il n’émergea qu’une fois lorsqu’un pin fut abattu par le vent et s’écrasa devant la tanière. Vares traîna les restes de l’arbre dans son trou et s’appliqua à détacher la mince couche d’écorce tendre qui se trouvait sous la première couche protectrice du pin. Il passa ensuite la lame de son couteau sur ce qui restait du tronc nu pour en tirer une sciure grossière qu’il utilisa pour démarrer un feu avec les branchages. Le bois était vert et résineux et il se demanda s’il n’allait être intoxiqué par les nuages de fumée âcre qu’exhalait le maigre feu qui menaçait de crever d’une seconde à l’autre sous l’humidité de l’air. Ce fut cependant suffisant pour faire sécher les feuillets d’écorce qui furent réduite en farine et mélangées à un peu de neige fondue jusqu’à l’obtention d’une pâte que Vares cuisit sur une pierre plate disposée au centre du feu. Les galettes obtenues étaient proprement dégueulasses mais leur amertume était un peu atténuée lorsqu’elles accompagnaient les larves découvertes en grattant le sol de la tanière et grillées sans pitié.

Le blizzard était tombé. Il contemplait toujours le champ de bataille. Il avait mal au ventre, des branches dans les cheveux, les mains en sang et une odeur à réveiller les morts. Il détacha son regard du carnage et leva les yeux au ciel.

Estimant la direction à prendre à la position du soleil, il se mit en marche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarik Stefanson
Kongr de Skaerling
avatar

Nombre de messages : 2397
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
78 / 10078 / 100

Expérience de rôliste :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 20/02/2008

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
23/23  (23/23)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Ven 24 Fév - 8:54

Miam quel repas digne d'un changpa!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Dim 26 Fév - 16:37

Violent mr red

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heinrich le Troll
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
avatar

Nombre de messages : 1636
Age : 28
Blason de l\'équipe :
Honneur :
76 / 10076 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 10/08/2007

Personnage
Points de vie:
250/250  (250/250)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
19/19  (19/19)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Mer 29 Fév - 23:17

En même temps elle était un peu connes ces filles-là. Ouvrir une maison de passe chez des esclavagistes qui sont même pas sur les routes de commerces… Mais content de voir que la société secrète est utilisée.

Et c\'est bien raconté, comme d\'hab, quoi.

_________________
Sketch blog · Geek blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Jeu 1 Mar - 10:24

Heinrich Zweihänder a écrit:
En même temps elle était un peu connes ces filles-là. Ouvrir une maison de passe chez des esclavagistes qui sont même pas sur les routes de commerces.

Grave.

Même si, au fond, les attaques de pillards se font forcément sur les routes de commerce et que les esclavagistes ne tenaient pas à rester dans le coin alors que l'hiver arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Dim 18 Mar - 14:22

De Korlt à Konoy – Korlt

Novembre 1246 – Tour de Korlt

Deux jeunes esclaves s’avancèrent vers Ilène et la dévêtirent au moment où l’esclave mâle chargé de remplir la baignoire d’eau chaude se retirait. La pièce était vaste et quoique chargée de vapeur d’eau, on distinguait les fresques de mosaïque qui couvraient le sol et les murs. En son centre se trouvait la baignoire en pierre, carrée et surélevée. Lorsque la concubine y fut immergée, d’autres esclaves arrivèrent et s’attelèrent à soigner ses cheveux, mains et pieds qui avaient souffert du voyage à travers les plaines du nord. On la fit ensuite sortir de l’eau, avant de la guider vers une sorte de table où on lui indiqua de s’allonger afin que les esclaves masseurs qui attendaient leur tour puissent pénétrer dans la pièce. Toutes les civilisations cruelles se distinguant par un certain raffinement dans les soins accordés au corps et à l’esprit pour ceux qui savent se trouver à la bonne hauteur de l’échelle sociale, Korlt ne faisait pas exception.

Après un ultime défilé d’esclave escortant un médecin eunuque qui s’enquit de la santé d’Ilène, on lui tendit des vêtements de soie qu’elle reconnu être de facture changpa sur lesquels on passa un lourd manteau de fourrure serré à la taille par une ceinture de bronze. On la guida à nouveau vers une autre table servant au repas cette fois. Plusieurs plats de viande juteuse et de soupes la garnissaient. Comme Ilène l’avait demandé, Bjorn était également présent pour partager son repas. Il ne paraissait pas avoir bénéficié d’autant de délicatesses de la part des Korltiens et semblait encore exténué par leur fuite depuis l’attaque de la caravane.

Avant qu’ils n’aient pu entamer les mets, un dignitaire arriva et informa Ilène que le Maître de la Tour avait été ravi d’apprendre que la représentante de la Verge Blanche était finalement arrivée saine et sauve et que les négociations concernant l’ouverture d’un établissement sous la tutelle de son organisation allaient débuter des le lendemain au soir, après le traditionnel sacrifice de pleine lune offert au dieu Knashut. Ilène s’y trouvait conviée et aurait une place d’honneur aux côtés des membres de la cour du palais pour assister aux réjouissances.

***

Ailleurs…

Les yeux du Changpa s’écarquillèrent et un faible gazouillement de satisfaction s’échappa de ses lèvres éclatées par le froid. Il s’approcha du monticule de terre givrée qui se trouvait au pied de ce qui restait d’un sapin que le vent avait cassé en deux. Ses doigts bleus commencèrent à gratter frénétiquement la surface de la fourmilière. Après quelques instants les insectes dérangés jaillirent par dizaines des tunnels effondrés. Vares regarda les fourmis affolées courir sur ses mains. Son ventre lâcha un gargouillement.

Après quelques instants de ce festin, Vares se redressa et se mit à sonder les environs du regard. Toujours les mêmes gris quoique le blizzard se fut calmé.

Il remarqua quelque chose qui dépassait du tronc du sapin abattu. Il s’agissait du corps d’un soldat esclavagiste de Korlt dont les jambes avaient été écrasées lors de la chute de l’arbre. Il avait dû chercher un abri dans ce bosquet lors de la tempête.

Vares songea que c’était décidément son jour de chance. Il dégaina son sabre et entreprit de hacher les cuisses gelées du guerrier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heinrich le Troll
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
avatar

Nombre de messages : 1636
Age : 28
Blason de l\'équipe :
Honneur :
76 / 10076 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 10/08/2007

Personnage
Points de vie:
250/250  (250/250)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
19/19  (19/19)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Lun 19 Mar - 23:06

Mmmh, tu te fais plaisir, Varès.

_________________
Sketch blog · Geek blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Mar 20 Mar - 16:56

Ah le cannibalsime... Enfin, je peux parler j'ai déjà mangé du singe, c'est quand même mon cousin si on y réfléchit mr red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    Sam 24 Mar - 11:16

HRP : Déjà 14 pages de bon rp, ça fait plaisir. Je pense que j'imprimerai bientôt pour une lecture plus attentive que sur le pc Wink

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures    

Revenir en haut Aller en bas
 
Stands ALONE - La jeunesse de Vares - 1246 - Aventures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne
» Le Ministère haïtien à la jeunesse et aux sports condamne l'affront des autorité
» Les aventures de Tom Bombadil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La conquête de Pandrea :: LE JEU :: Jeux écrits-
Sauter vers: