La conquête de Pandrea

Forum de jeux de rôles de toutes catégories
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Ven 6 Jan - 19:16

HRp : Evidement que tu rentreras quand tu seras au courant, mais les corbeaux (et je suis gentil pol) c'est comme les pigeons. Ils retournent là où ils ont grandi. Donc tu peux en envoyer (en partant du principe qu'ils traversent la mer), mais le contraire n'étant pas vrai, tu seras prévenu assez tard. Pour ne rien te cacher, ton peuple formera à lui seul une barrière digne de ce nom.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heinrich le Troll
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
avatar

Nombre de messages : 1636
Age : 28
Blason de l\'équipe :
Honneur :
76 / 10076 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 10/08/2007

Personnage
Points de vie:
250/250  (250/250)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
19/19  (19/19)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Sam 7 Jan - 17:23

Il me semble qu'on entend plus trop parler de Versghala non plus.  Ils étaient pas de mèche avec les vikings ?
Désolé si je retiens pas tout de cette longue campagne !

_________________
Sketch blog · Geek blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Sam 7 Jan - 18:04

et les ossans qui vont tomber comme par surprise sur l'armée d'Adolf mr red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Dim 8 Jan - 20:35

Tsékelkan a écrit:
et les ossans qui vont tomber comme par surprise sur l'armée d'Adolf mr red

Alors là, aucun risque. Que ces hideux bridés s'approchent à travers les territoires changpas (et sachent qu'on est là) pour attaquer les goths est assez éloigné de ma vision du futur.

Versghala, mais ce n'a pas été mentionné il est vrai, était commandée par le perso de Varès qui est un demi-fou. Il a attaqué les confédérés en poursuivant les pirates d'Ikivian et s'est retrouvé côté skaer sans vraie raison, autre que la vengeance à court terme. Il est mort durant la bataille comme, si je me souviens bien, tous les versghales embarqués.
Son successeur, plus raisonnable, a négocié avec Nekhen et tebtunis, et les trois cités sont ce qui reste de la confédération active.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Dim 8 Jan - 20:58

Pourquoi demi-fou ? C'est un sociopathe paranoïaque et délirant. Alors ouais, il est plus tout à lui, effectivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heinrich le Troll
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
avatar

Nombre de messages : 1636
Age : 28
Blason de l\'équipe :
Honneur :
76 / 10076 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 10/08/2007

Personnage
Points de vie:
250/250  (250/250)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
19/19  (19/19)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Lun 9 Jan - 19:48

Demi fout parce qu'il savait encore prendre des décisions...

_________________
Sketch blog · Geek blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Lun 9 Jan - 21:39

01 juillet :
Varès et Woklak rejoignent Tarik dans la soirée. Il a été rejoint par des éclaireurs impériaux qui se tiennent près à l'informer en cas de nouvelles. Or elles arrivent dans l'après-midi : Varès arrive de l'est et une armée a été vu au sud de la forêt de Skalt. Le Kongr décide d'attendre l'arrivée de son allié pour poursuivre leur avancée, bien qu'Adolf aie déjà une avance de deux à trois jours.

Pour sa part, bien qu'il tente de modérer ses troupes, le général goth sait que chaque pas de plus le désavantage par rapport à ses ennemis moins chargés et disposant d'un réseau de ravitaillement plus conséquent. De plus les nouvelles de sa présence arriveront sans doute bientôt auprès des villages, lesquels sont désormais avisés de l'arrivée des croisés dans cette région de l'Empire. La nourriture manquera sitôt qu'ils quitteront en masse leurs villages. Toutefois, alors qu'il est en proie à ces réflexions, on lui apporte un prisonnier impérial. Une sergenterie de la compagnie « Fléau des Païens » que le général utilise comme éclaireurs a surpris un village forestier ignorant leur présence
(il faut noter la faculté des goths à utiliser leur cavalerie pour effectuer des opérations de reconnaissance à plus grande distance). Ils ont donc ramené un de leurs ennemis vivant et le livrent à l'OrdenMarschall. Les connaissances gothiques de la langue impériale sont médiocres, bien qu'Adolf, de par sa liaison passée avec une tloxcolèque, dispose de bases plus approndies. En revanche, le dialecte du prisonnier est absolument incompréhensible pour l'ensemble de l'armée, général y compris. C'est donc à l'aide de dessins, et se voulant aimable, qu'Adolf se fait comprendre de sa victime :
Est-on au courant de sa présence au Nord? Oui.
Il y a t'il une armée envoyée à sa rencontre ? Non.
Certain ? Oui. Non. Peut-être Tloxcolt.
Rivière proche ? Non.
Rivière la plus proche où ? Nord.
Or, le Nord, c'est précisément là ou Adolf répugne à aller. La forêt, et les monts qui se dessinent à l'horizon ne sont pas pour plaire à son armée. La plaine est également risquée car il y sera très visible. Le général sait qu'il n'a pas beaucoup de temps. Alors, il décide de se comporter en gothique et d'affronter ses poursuivants. Ils doivent se croire à la poursuite d'un ennemi en déroute. Inutile de leur prouver le contraire avant qu'il ne soit trop tard pour eux. Et l'armée se remet en marche, en quête cette fois d'une position idéale...

L'armée confédérée arrive en vue de Skaeburg. La cité est accessible par la rivière, mais il est difficile d'envahir une cité par ce biais, surtout avec les galères dont disposent les envahisseurs, lesquelles se trouvent souvent calées sur des hauts-fonds. On débarque donc à une vingtaine de km au sud, sur la rive ouest. Et on se prépare.

Les skaers aussi se préparent, le pays appelle à la guerre et les civils revêtent leurs habits de rudes guerriers. Le royaume viking est peut-être peu organisé, mais ses habitants sont de loin les plus valeureux de Pandrea. Des navires quittent Folgendeburg pour avertir le Kongr.

Les points de sape atteignent les murs d'Holzschaft. A la différence d'Utten, il s'agit ici d'une forteresse. Les civils ont donc étés évacués car l'enceinte ne les protège pas. Les enceintes devraient-on dire. L a redoutable muraille externe de la citadelle a de quoi décourager une armée de skaer ivre jusqu'aux dents. « Une muraille de 18 m côté interne domine une muraille de 12 m côté externe, et un éternel fossé précède la « petite » muraille. Le tout, comme on l'a déjà vu, dominé par des tours, ponts-levis etc... ». La réaction du maîtres des lieux est différente de celle du LandMeister voisin. Celui-ci est le chef des Ours, ce n'est pas une lumière, mais il ne se laissera pas faire sans montrer les dents. Les projectiles ont étés épargnés en attendant d'en savoir plus sur les intentions ennemies, et la découvert d'un point de sape fait enrager que général, qui décide de montrer aux envahisseurs ce que signifie artillerie. Et en particulier artillerie des ours depuis les hauteurs de leur citadelle sur un ennemi tellement nombreux qu'un enfant de 3 ans ferait mouche. La salve synchronisée de six trébuchets (les balistes ne sont pas à portée, et c'est heureux pour les impériaux) ne fait pas seulement voler en éclat la palissade impériale, elle « rebouche » l'entrée du tunnel et enterre vivant les quelques 200 sapeurs. Les impériaux jugeant préférable de ne pas engager des hommes pour les secourir et servir de cible aux artilleurs gothiques hésitent entre poursuivre les opérations des 11 autres points de sape. On décide de creuser dans l'autre sens le temps de ménager une autre entrée, et de faire bifurquer celle-ci par rapport à l'axe du tunnel. Mais il faudra encore compter quelques jours. La terreur est d'autant plus grande que la plupart n'ont jamais vu de projectiles de la sorte et que l'un d'en eux a tué une dizaine de guerriers du culte ainsi que leur prêtre, ce qui est d'un augure funeste. Ils sont tirés de leurs réflexions par le catapultage de cadavres de malades depuis les murs de la ville. D'abord ahuris devant cette pratique sinistre, leurs commandants comprennent rapidement le danger. L'ordre est clair : ne pas approcher ces cadavres, sous aucun prétexte. Ceux qui furent jugés « à risque » car trop proches furent mis à l'écart du camp.
A Utten, la situation est moins positive pour les gothiques, on le verra plus tard...

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Mer 11 Jan - 21:15

Nous sommes encore le 01 juillet :
La cavalerie gothique n'est plus dans l'état. Et pour cause : Adolf a usé de son dernier pigeon il y a une semaine pour signaler à son supérieur sa position au Nord de Tloxcolt et sa tentative de rejoindre le grand canal impérial pour atteindre Oltèques. Il suggère à Bisol de ne pas laisser la cavalerie s'enliser dans l'Etat. Les tloxcolèques ne sont pas bêtes, ils savent faire usage de pièges, et si ils font des sièges (en réalité, il ne s'agit pour le général que d'un pressentiment) il serait vain de tenter de le briser par la force. L'utilité de la cavalerie réside dans sa vitesse.
L'HochMeister a donc confié le commandement des cavaliers, écuyers compris, à Beren, capitaine de la 6e légion. La « Fureur des Bénis » est réputée pour son courage, et son capitaine est un homme dont la vivacité est bien connue dans l'Etat. Il a quartier libre pour détourner les impériaux de leur siège. Aussi a t'il quitté l'état trois jours plus tôt. Tout comme Adolf, il ne dispose pas de cartes permettant de s'avancer très profondément dans l'Empire, mais il veut rejoindre l'OrdenMarschall et se dirige rapidement vers le Nord, trouvant son ravitaillement le long des routes impériales qui sont étrangères de son arrivée.
A Utten, trois autres points de sapes ont atteint la muraille. Celles-ci sont épaisses, et le labeur consistant à les faire vaciller sera long, mais l'éventualité d'un tel événement agite le haut commandement. Heinrich désire repousser au plus tôt les païens. Lui qui refusait catégoriquement l'usage d'armes comme le lance-feu en a à présent doté l'Ordo Hereticus et brûle de voir les hérétiques se muer en torches sous humaines.
Note : De nombreuses victimes de l'Ordo Hereticus, principalement des villages forestiers cachés, ont rejoint l'armée impériale. La révolte semble peu envisageable du fait du cloisonnement du peuple derrière les murailles. Mais les discours des rebelles devant les murs d'Utten inquiète son LandMeister. L'armée gothique s'apprête. Si la muraille menace de céder, elle réagira rapidement, et avec toute la violence dont elle est capable.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Jeu 12 Jan - 14:32

Euh dans le doute car c'est précisé dans le contexte de départ, le grand canal tloxco est parsemé de nombreuses écluses et de plusieurs fortins qui sont censés contrôler et percevoir les droits de taxes des marchands... Du coup, si Adolf veut descendre par radeau, ça marche pas super bien... De plus, le réseau de renseignement tloxco est pas le meilleur mais tu devines bien que si de la cavalerie entre dans l'empire, les grandes villes vont être très vites averties (en particulier Tloxcolt mr red ). Et dernier point, à Oltèque, tu as toujours les gardes de la ville qui ne sont pas sensés partir en guerre. SI la ville est attaquée, elle résistera au siège assez longtemps pour que les forces des environs accourent. Attaquer la cité sacrée des tloxco, c'est l'équivalent d'attaquer Rome, toute la population prendra les armes et les populations des environs vont s'activer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heinrich le Troll
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
avatar

Nombre de messages : 1636
Age : 28
Blason de l\'équipe :
Honneur :
76 / 10076 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 10/08/2007

Personnage
Points de vie:
250/250  (250/250)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
19/19  (19/19)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Jeu 12 Jan - 19:18

Tsékelkan a écrit:
Euh dans le doute car c'est précisé dans le contexte de départ, le grand canal tloxco est parsemé de nombreuses écluses et de plusieurs fortins qui sont censés contrôler et percevoir les droits de taxes des marchands... Du coup, si Adolf veut descendre par radeau, ça marche pas super bien... De plus, le réseau de renseignement tloxco est pas le meilleur mais tu devines bien que si de la cavalerie entre dans l'empire, les grandes villes vont être très vites averties (en particulier Tloxcolt mr red ). Et dernier point, à Oltèque, tu as toujours les gardes de la ville qui ne sont pas sensés partir en guerre. SI la ville est attaquée, elle résistera au siège assez longtemps pour que les forces des environs accourent. Attaquer la cité sacrée des tloxco, c'est l'équivalent d'attaquer Rome, toute la population prendra les armes et les populations des environs vont s'activer.
+1

Attaquer Oltèques est aussi ridicule que pour les tloxcolèques d'attaquer les forteresses gothique plutôt que de passer par le lac.

_________________
Sketch blog · Geek blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Jeu 12 Jan - 19:36

Bon j'avoue que d'attaquer les goth c'est pas une décision intelligente mais bon, après tout c'est déjà le lupanar alors ^^
Et puis, c'est pas comme si je risquais de battre les goths mr red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Ven 13 Jan - 19:23

Non non, je sais bien qu'Oltèques est un trop gros morceau. Pour le canal je n'avais pas lu, mais de toutes façons il ne l'a pas atteint (pas trouvé en plus).
Par contre, oui, tu as un réseau d'informateurs, mais à pattes. Même en se passant le message très vite, il met au moins 4 jours d'Oltèques à Tloxcolt. Et mes cavaliers vont trop vite que pour pouvoir coordonner une action efficace, sauf si ils sont prévisibles. Tu sais où es Adolf, mais 3-4 jours après qu'il aie été renseigné. Si il fait ensuite un mouvement non prévisible, il faut recoordonner la réponse. Le pister est le plus efficace.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Ven 13 Jan - 20:24

heureusement que si je suis mauvais en attaque je me rattrape en défense ^^
Après tout, il ne connaît pas l'empire même si il s'est bien débrouillé. Et le pistage avec un peuple qui chasse encore à l'ancienne pour une partie assez conséquente de la population permettent de se débrouiller plutôt bien ^^
Le réseau d'information est l'une des choses pour lesquelles je me suis le plus battu mais à combien estimerais-tu la distance Tloxcolt-Oltèque ? Parce que j'avoue que mon réseau d'information est identique à celui employé par les incas et mayas. Et ce dernier permettait de transmettre un message de près de 250km en un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Ven 13 Jan - 21:45

Adolf est plus ou moins paumé, il a pas de carte. Et forcément, il est pas discret vu qu'il pille vos villages pour bouffer.
Alors, c'est environ 350 km je dirais. Moi je voyais mal tes types courir assez vite que pour faire 250 bornes. Je ne retrouve pas où tu l'as détaillé.
Tu peux me le réexpliquer rapidement ou me filer le lien du topic ?
Vous êtes toujours tous invités à donner votre avis, notamment sur ce que vos personnages feraient ! Varès et Mithridias par exemple, sans contre-commentaire je suppose que ça vous va de respectivement pister Adolf et poutrer du viking.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Ven 13 Jan - 23:36

Sans problèmes mais il y a plusieurs liens ^^

http://pandrea.team-talk.net/t647-organisation-en-cas-d-attaque-ennemie

http://pandrea.team-talk.net/t601-strategies-imperiales

http://enawa.net/caminos-del-inca/caminos-del-inca/les-chasquis-les-messagers-incas/

À l'époque de leur puissant empire, les Incas avaient mis au point un système de communication très efficace. Des équipes de coureurs fonctionnaient en relais sur les sentiers des Andes, portant les messages de l'empereur, codés sous forme de noeuds sur une corde. Changeant de porteur tous les 3 kilomètres, le message pouvait en parcourir jusqu'à 240 par jour, le long de deux axes principaux : de l'actuel Équateur au sud du Chili, et de l'ouest à l'est de la cordillère des Andes, avec des cols à plus de 5 000 mètres d'altitude. Six siècles plus tard, six hommes et une femme de l'École supérieure des sports de Cologne ont décidé de suivre le même parcours.
il y avait un tg qui en parlait déjà.
(issu de http://meilleurforum-net.meilleurforum.net/t152-le-sentier-des-messagers-incas)

Donc voilà comme ça tu as tous les liens ^^
J'avais trouvé l'info dans un livre que j'avais emprunté à la bibliothèque et je l'étais tout de suite dit que c'était le genre de chose idéale pour un empire aussi vaste. surtout que ça paraît crédible ;-)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Ven 13 Jan - 23:43

Du coup, pour tendre une immense embuscade à Adolf,
J'ai largement le temps de l'encercler de loin, le temps que Woklak, Tarik et Vares arrivent mr red

De plus s'il se trouve près du canal principal, il y a une stratégie particulière qui est employée face aux armées dans les environs (comme ça tu le sais, elle a déjà été utilisée par le passé, pour mettre des pillards en déroute ^^). Le canal est légèrement en hauteur par rapport au sol, plusieurs petits canaux et écluses parsèment le grand canal. Mais lorsque l'ennemi est dans les environs et que l'armée défensive est prête, on relâche l'eau (par un ingénieux moyen de transfert d'eau via les écluses ^^) sur le sol où se trouve l'armée ennemie (sol qui est fertile et utilisée pour l'agriculture, précisée dans contexte de départ si tu n'y crois pas ^^). D'où l'ennemi se retrouve empêtré dans la boue ;-)

Evidemment face à des gothiques, c'est le genre de chose mortelle puisqu'en armure lourde, sans pouvoir bénéficier de la cavalerie, ils se feront massacrés, ils ne pourront même pas tenir correctement leurs formations... Désolé de te l'apprendre comme ça. De plus, si il s'avère que ton armée de cavalerie arrive et qu'elle peut être piégée par ce système avant, ils le feront même si l'armée n'est pas prête à intervenir, juste pour ralentir et tendre des embuscades plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heinrich le Troll
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
avatar

Nombre de messages : 1636
Age : 28
Blason de l\'équipe :
Honneur :
76 / 10076 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 10/08/2007

Personnage
Points de vie:
250/250  (250/250)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
19/19  (19/19)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Ven 13 Jan - 23:55

Le truc est que c'est aussi narratif. Bisol veut pas finir son histoire si légèrement et abruptement.
Mais il oublie que l'alliance empire-changpa-viking pourrait se disputer de crainte de voir un de leur partenaire trop fort. Mais probablement pas avant la mort d'Adolf. (Et je rappele au cas où une enième fois à Tsékélkan qu'on avait décidé que ll'alliance millénaire Empire-Changpa n'existe pas et n'était qu'une ignorance millénaire).

_________________
Sketch blog · Geek blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Sam 14 Jan - 0:06

je ne faisais pas référence à cette alliance ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mithridas
Patriarche de Nekhen
avatar

Nombre de messages : 328
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 28/05/2011

Personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)
Défense:
1/1  (1/1)
Attaque:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Sam 14 Jan - 20:34

Bisol von Sint-Omer a écrit:
Vous êtes toujours tous invités à donner votre avis, notamment sur ce que vos personnages feraient ! Varès et Mithridias par exemple, sans contre-commentaire je suppose que ça vous va de respectivement pister Adolf et poutrer du viking.

Bien pourtrer du viking, si je me souviens bien, j'ai plus de navire alors ... (et puis j'ai pas trop suivi ce stand alone). Fais ce que tu veux, mais normalement, les troupes de Tebtunis ne partent que quand ils doivent honorer leur alliance avec les autres citées, sinon ils restent chez eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Dim 15 Jan - 20:15

Bon, alors, d'accord, je prend an compte ce système de relais très rapide (tous les 5 km si j'ai bien pigé). Soit 2 jours entre Tloxcolt et Oltèques.
Mais les soucis :
-Ce réseau existe entre cités, mais certainement pas entre bleds paumés (ce qui ajoute le temps du bled paumé au premier relais, à condition que les villageois pensent aussitôt à avertir le relais plutôt qu'à se planquer).
-L'armée impériale est devant mes villes et prête à quitter Tloxcolt, donc une embuscade, oui, mais il faut aussi une armée pour ça

Entendu pour le canal, mais justement, si on ne l'utilise pas, c'est parce qu'il est à 100 km au nord.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Dim 15 Jan - 21:38

victoire ! Viva les tloxcolèques mr red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Ven 3 Fév - 17:28

Je reprendrai le récit prochainement Wink Sans doute ce soir.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Sam 4 Fév - 12:25

02 juillet :
Alors que les libérateurs de Mountstrand quittent enfin Capetaender pour reprendre les côtes conquises par les gothiques, les envoyés de la péninsule arrivent à Freyern où ils espèrent trouver Tarik. Ils ont la mauvaise surprise d'apprendre que l'armée et le roi ont quitté le bourg il y a plus de deux semaines. On ignore où il se trouve en ce moment.
Devant skaeborg le siège commence. Les skaers ont judicieusement fermé l'accès à la ville par la rivière par le biais de lourdes chaines, ce qui contrarie l'idée des confédérés de bouter le feu à des radeaux qu'ils auraient ensuite laisser dériver vers la cité. On sait qu'Antinoe dispose de certaines quantités de poudre explosive, mais le chef de la ville ne semble guère se soucier de la guerre, préférant les putains de Nuen aux batailles de la péninsule.
L'armée gothique quitte la capitale, n'y laissant que la garde de Gnosia et la milice citadine affectée à cette fonction avant le début des hostilités. Il ne s'agit donc que de la garde de l'HochMeister, de quelques milliers d'anciens combattants, de centaines d'apprentis écuyers, et de dizaines de milliers de miliciens. Une armada de près de 40 000 hommes quitte donc la capitale, dont 5000 chevaliers ou ex-chevaliers environ. Les autres cités et capitales envoient elles-aussi leurs troupes, en quantité bien moindre puisque seule la légion gardant la place est envoyée. Ce sont donc 10 armées qui convergent. Les armées de Gnosia, MehadHaffen, CrothStadt, EisenStadt et Trauestadt ont pour point de ralliement la cité d'EisenStadt, les cinq autres la passe entre la forêt de Dreidzig et les monts Ioch.
Evidement, les impériaux ne sont pas étrangers à ces mouvements et sont rapidement informés de l'imminence de cette attaque, laquelle est bien entendu attendue des généraux. Une armée gothique est faible si elle est isolée, car leurs formations sont plus faciles à briser et à encercler. De plus, incapables de se déplacer en terrain difficile, les légions emprunteront les routes, favorisant grandement les embuscades.
Les gothiques ne sont pas totalement idiots, et la synchronisation est plus subtile qu'un départ groupé. Chaque armée doit d'abord rejoindre une cité sur sa route avant de poursuivre. Seules trois armées prennent donc la route ce jour là, celles de Smyrne, Mehadhafen et Gnosia. En effet, aucun impérial n'a osé pénétrer la moitié orientale de l'état, et ces armées sont donc plus en sécurité pour commencer l'opération.
Beren mène toujours sa cavalerie à pleine vitesse (60 km/jour environ). Les tloxcolèques en sont avertis, d'autant plus aisément que le capitaine emprunte les routes impériales. L'officier, si il sait qu'il oblique vers l'ouest en ce moment (les lointaines Tloxcolt Klak, au Nord, sont pour lui infranchissables), ignore encore qu'il devra passer entre cette terrible chaîne qui se prolonge vers l'ouest jusqu'à rejoindre les Tar'kol plok'. Une cité (unknown) garde le seul passage vers le Nord, et on l'y attend.
L'armée de Tloxcolt s'est remise en marche, en direction de la position d'Adolf, qui, parait-il, s'est enfoncé dans la forêt de Skalt. En réalité, le général a fait placer en grand nombre des sentinelles au niveau de son entrée dans la forêt, lesquelles taillent bien souvent en pièce les éclaireurs tloxcolèques. Ceux qui survivent pensent avoir affaire à l'avant-garde. Tarik, Varès et Woklak rattrapent leur retard.

03 juillet :
Beren atteint la cité gardant la passe. Impossible de franchir les montagnes sans faire un détour qui paraît infini ou prendre la ville d'assaut. Sans matériel lourd, le commandant ne peut pas l'envisager. Pendant qu'il réfléchit à la question, deux armées arrivent dans son dos. L'une s'était cachée dans une forêt à l'est, l'autre derrière une montagne, au sud. La première atteint rapidement la route.
Certes, la cité n'est pas fortifiée au sens occidental du terme,mais Beren sait qu'il n'en viendra pas à bout. Sa force réside dans sa mobilité. Aussi tourne-il bride pour contourner les montagnes par l'ouest. Ce faisant, alors qu'il allait faire halte pour la nuit, l'armée impériale la plus proche se rue à sa rencontre, confiante dans sa force. Néanmoins, le gros des soldats ont été réquisitionnés, et la troupe qui attaque les chevaliers est formée de miliciens. A une contre dix, Beren estime pouvoir les anéantir sans difficulté. Il sous-estime la ruse de ses adversaires qui ont installé des pièges, lesquels sont très difficilement visible à cause de l'obscurité. Les premières lignes s'effondrent aussitôt, et le capitaine et jeté à terre où il gît inanimé. Le reste de la cavalerie se dégage rapidement tandis que les chevaliers désarçonnés mais encore capables de se battre défendent leurs camarades, morts, blessés ou assommés. Leurs adversaires s'attendaient à une victoire facile grâce à leurs pièges, mais la réalité qui s'impose à eux est différente. Leurs armes parviennent à peine à percer les armures de ces démons massifs qui redoublent de vigueur à chaque coup reçu. La charge du reste des cavaliers dans leur arrières n'améliore pas leur moral qui est sur le point de flancher lorsqu'arrive la seconde armée. De composition similaire, elle rétablit la balance et empêtre la cavalerie qui peine à se dégager. Les premiers rangs ennemis sont constitués de lanciers qui mettent à bas les cavaliers qui sont alors engagés par l'infanterie de contact, principalement équipée de massues. La cavalerie gothique ne parviendra pas à se dégager de ces milliers de miliciens prêts à défendre leurs terres, et Beren finira, comme ses compagnons, la gorge tranchée, son sang se mêlant à la boue déjà naturellement rougeâtre de ces contrées. Ainsi fini la glorieuse cavalerie de l'état, dernier espoir de détourner les impériaux de leur siège implacable et d'éviter le massacre de l'armée d'Adolf.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Mer 8 Fév - 21:36

Les armées d'EisenStadt et Gnosia fusionnent, ignorant que l'assaut général vient d'être donné sur la cité d'Utten. Cinq points de sapes ménagent simultanément des brêches dans l'enceinte extérieure. Tandis que des hordes d'escouades avec échelles se lancent à l'assaut des murs, d'autres se ruent à travers les brêches. Les chevaliers, principalement situés sur les murailles et moins d'un millier tentent de repousser l'assaut, la milice et les écuyers formant des murs de vouges aux niveau des brêches. Les archers miliciens et les civils tentent de ralentir l'avancée ennemie, supportés par l'artillerie, mais le nombre d'adversaire surpasse leur cadence de tir. D'ailleurs, ceux-ci font également usage de leurs innombrables tireurs et obligent les archers chrétiens, terrorisés, à se terrer derrière les créneaux et autres meurtières.
Malgré la rage des défenseurs, leurs ennemis percent dés la première vague. A deux niveaux les tloxcolèques passent les brêches et déferlent dans la cité. Le LandMeister, impuissant, ne peut plus organiser de replis vers le centre ville et tient les tours avec ses hommes jusqu'à ce que le nombre de leurs adversaires aie raison d'eux. Les tloxcolèques font prisonnier les civils, mais éradiquent la milice ainsi que les chevaliers, qui, de toutes façon, ne se rendent pas. Leurs pertes sont relativement peu lourdes au vu de la rapidité de leur assaut. Sur les 100 000 impériaux engagés, il en reste un peu plus de 90 000. Environ 3000 chevaliers, écuyers et miliciens et autant de civils gothiques payèrent le prix de leur résistance obstinée.
Pire pour l'état, les 200 000 impériaux battant la campagne se sont rassemblés et marchent vers l'armée de Gnosia, espérant la massacrer avant qu'elle ne soit rejointe pas les autres légions.


04 juillet : Jour de deux batailles décisives. La première oppose Adolf à Varès, Tarik et Woklak. La seconde Bisol à Tsékélkan.
Légende :
Lettre = nom unité général (et C = cavalerie)
Les rectangles avec croix = tentes
idem en orange = tentes en feu

C'est le moment de monter le camp pour Tarik et ses deux compagnons. La course poursuite se prolonge, et, comme Adolf l'a deviné, ses adversaires sont sûrs de leur force et conditionnés dans leur rôle de chasseur. Ses éclaireurs évitent de peu ceux de Varès, qui, ne s'attendant plus à voir les gothiques à force d'éterniser cette poursuite, ne sont plus aussi discrets qu'ils le furent au début de la campagne. L'avant-garde suit rapidement, sous le regard attentifs des goths qui ont la surprise de les voir préparer le camp pour le gros de l'armée à seulement 3 km de la position actuelle de l'armée croisée, et en bordure de la forêt, comme l'OrdenMarschall l'a prévu. Après avoir décidé d'attendre l'armée ennemie, le général avait fait demi-tour en passant par les bois de façon à ce qu'en suivant ses traces, ses adversaires passent devant sa nouvelle position. Ayant pris un peu de repos, bien qu'un peu éprouvée par la faim, son armée est fin prête à tuer du païen. Les forces d'Adolf ne sont plus que peau de chagrin, et c'est à un contre 10 qu'il leur faut se battre. Le général espère que le faible armement des tloxcolèques et changpas jouera en sa faveur aussi bien que la surprise.
Lorsque l'armée principale adverse arrive au niveau du camp, au crépuscule, elle n'est plus en ordre de bataille, la vigilance ayant cédé la place à la routine et les soldats s’affairent à monter les tentes. C'est à ce moment que les gothiques chargent. L'effet de surprise est total, mais les changpas et impériaux se ressaisissent rapidement et ralentissent les premiers rangs goths, permettant aux vikings de se rééquiper et de s'organiser. Dans un premier temps c'est un massacre. Fatigués, terrorisés, sous équipés, les païens tombent en masse sous les coups d'épées des hommes de fer.


Tarik est rapidement sur place, ainsi que Varès. Adolf parvient a enfoncer les lignes ennemies et à semer un vent de panique, mais le chef changpa freine son avance. L'élite changpa surprend les gothiques qui ne les ont encore jamais combattu, ce qui, pour le moment, joue en faveur des asiatiques qui connaissent relativement bien la réputation des chevaliers goths. En revanche, la charge de Tarik est un échec cuisant. Se heurtant à un mur de vougiers, l'élan viking, déjà ralenti par les impériaux en déroute s'écrase sur la ligne chrétienne.

La cavalerie gothique, gardée en réserve, parvient à contourner le camp ennemi sans être repérée.
Un incendie provoqué par les gothiques commence à se propager dans le camp ennemi dont les soldats, se ruant vers les gothiques, se bloquent mutuellement. L'objectif des gothiques est de les forcer à quitter leur camp à la hâte, voire de les brûler vifs.
Tarik parvient à se dégager et à rejoindre le gros de ses forces, tandis que Woklak arrive avec l'arrière-garde et entame une manœuvre d'enveloppement de l'armée ennemie, aidé par les vikings qui chargent le flanc gothique.
L'unité d'Adolf s'empêtre contre la garde de Varès qui domine incontestablement le combat.
[img][/img]

Le flanc goth est balayé par les impériaux et les vikings, mettant en péril les arrières des croisés qui doivent se réorganiser rapidement.
Tarik, en revanche, ne parvient pas à franchir la ligne gothique et doit se replier. Il s'en est fallu de peu cette fois.
Varès doit constater que les gothiques, passé le premier moment d'étonnement, se sont ressaisis et lui tiennent tête.
La cavalerie gothique tente de bouter le feu à l'arrière du camp, sans grand succès.


Les goths parviennent à réorganiser leurs arrières et commencent à enfoncer les changpas le flanc droit. Les tloxcolèques et les vikings sont cependant une menace sérieuse sur le flanc gauche.
L'unité d'Adolf parvient désormais à repousser les changpas de varès qui, peu nombreux, ne font pas le poids contre leurs implacables ennemis de fer. Les impériaux sont cependant là pour les épauler et les goths doivent prendre garde à ne pas s'enfoncer trop loin.
La cavalerie parvient à bouter le feu au camp, mais l'effet est mineur et n'offre pas le brasier attendu. Elle tente de répéter la manœuvre tout en se déplaçant vers les arrières ennemis.


Suite plus tard

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   Jeu 9 Fév - 21:42

Sur le flanc ouest, les changpas, malgré leur manque d'équipement, parviennent à repousser les goths qui peinent à maintenir leur formation à travers les débris encore brûlants des tentes. En revanche, les croisés tiennent bon face à la pression sur leur flanc gauche.
Tarik parvient enfin à percer la ligne de vougiers et renforce la pression déjà énorme appliquée sur le flanc gothique. Varès, aidé par les tloxoclèques force également Adolf à reculer.
Les cavaliers, incapables de générer un incendie abandonnent leurs torches et déboulent au grand galop après avoir contourné tout le camp adverse.


La cavalerie, profitant du chaos régnant sur le champ de bataille et de la confusion liée à la fumée effectue une charge meurtrière sur les arrières désorganisés de l'armée ennemie. Simultanément, le flanc ouest s'est ressaisit et repousse les changpas dont l'élan a été arrêté. Les impériaux peinent à leur venir en aide à cause de l'incendie. Un plus plus à l'est, Vares, blessé à la tête, tombe inanimé, provoquant un vent de panique parmi les changpas qui le protègent et s’empressent de se replier pour le sauver. Le flanc est voit une résistance remarquable des goths qui maintiennent une formation défensive très solide et infligent des pertes sévères aux plus téméraires de leurs adversaires.


La charge de cavalerie met en déroute les unités tloxcolèques les plus proches ainsi que les unités skaers les plus touchées. En revanche, un bataillon skaer parvient à empêcher le replis des cavaliers et commence à leur infliger des pertes, tout en en payant le prix.
Les goths mettent en déroute les changpas côté ouest, tandis que la garde de Varès peine à se dégager à cause des unités impériales.
Tarik est plus efficace et sa percée dans les lignes gothiques se poursuit, coupant presque en deux leur dispositif défensif. Pourtant, les chrétiens tiennent bon face aux autres unités.


Les skaers empêchent de peu la cavalerie de se dégager, et c'est trop tard pour elle. Déjà les troupes en déroute se reforment et commencent à l'encercler. Tarik parvient à couper la formation gothique en deux, ce qui est une menace très sérieuse pour le reste des gothiques qui voient leur flanc est totalement vulnérable. De plus, les changpas se sont ressaisis à l'ouest et tentent de contrer les forces gothiques, bien que leur moral soit vacillant. La garde de Varès, au prix de lourdes pertes, parvient à se retirer pour réanimer son chef hors des coups de l'ennemi, en partie grâce aux troupes tloxcolèques venues s'interposer. Le feu commence en revanche à gagner du terrain et la chaleur commence à inquiéter les défenseurs, bien que le vent leur épargne le gros de la fumée.


Les forces gothiques s’empêtrent partout sauf au centre. A l'ouest les changpas font reculer les goths, à l'est le flanc des croisés est balayé, au sud la cavalerie s'enlise définitivement et subit de lourdes pertes. Seul Adolf et le centre de son armée tiennent bon, infligeant même des pertes conséquentes à l'armée ennemie, mais le général sait qu'il ne pourra éviter l'encerclement et, de toutes évidence, la défaite. Ses troupes, trop lourdement armées, ne pourront de toutes façons pas se replier même si il l'ordonnait, et le chef croisé redouble ses efforts avec la vigueur de celui qui se sait acculé.


Les changpas, fort de leur nombre (environ deux fois supérieur) tiennent bon face aux goths, et les impériaux effectuent un assaut particulièrement violent qui force les goths à reculer à l'ouest, découvrant le flanc du général croisé qui peine à tenir face à la pression des troupes ennemies. Sa cavalerie est taillée en pièces, et seul la vaillance de son flanc est permet aux chrétiens de tenir encore. Se sachant acculés, ils se battent avec acharnement, repoussant les vagues ennemies et saignant leurs ennemis trop imprudents.C'est la fin, tous le savent, de cette expédition, et peut-être de l'état gothique. Usant de ses dernières forces, le général redouble de vigueur et commande à toutes ses troupes de mériter leur place aux côtés du seigneur, de montrer aux paiens ce que valent les défenseurs du christ. Et les gothiques chargent une dernière fois.


Malgré leurs efforts, les gothiques se heurtent à des ennemis féroces et trop nombreux. Si ils gagnent, à grand peine, du terrain au niveau du flanc ouest, leur flanc Est succombe. De même, les unités du centre et du centre-ouest doivent se replier et Adolf ne rompt pas le dispositif meurtrier impérial. A nouveau, c'est le centre-est qui permet aux gothiques de ne pas être totalement submergés, mais ils sont à bout de forces.
L'OrdenMarschall ordonne de former des carrés défensifs pour tuer le plus d'ennemis possibles avant de mourir, mais cela s'avère être un échec. Les croisés se battront jusqu'au bout, sans même songer à se rendre mais sans espoir de victoire. Leur général montrera l'exemple. Peur incarnée, démon vengeur, lui et sa garde resteront à jamais gravés dans les mémoires de leurs ennemis. Si la fortune n'a pas souri aux hommes de fer en ce jour, ils ne se sont pas moins bien battus et les pertes sont terribles des deux côtés. Un quart de l'armée païenne gît sur le champ de bataille.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mars 1250 - Stand-alone : L'invasion confédéro-gothique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Twilight Imperium - Samedi 19 Mars
» Ambassade de la Confédération du Rhin {LCR}
» Mardi 1er mars 2011
» Rapport d'activité du 20-21-22 mars 2010
» 8 mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La conquête de Pandrea :: LE JEU :: Jeux écrits-
Sauter vers: