La conquête de Pandrea

Forum de jeux de rôles de toutes catégories
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La véritable histoire de l'OrdenMarshall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: La véritable histoire de l'OrdenMarshall.    Mer 13 Juil - 15:54


Né en 1215 dans la province de MehadHafen, Sébastien de Grandcour est les descendant d'un capitaine honnorable et d'une femme « pure ». A cette époque, rares sont ceux qui peuvent encore se targuer de ne pas avoir d'indigènes dans leur lignée, et ces familles jouissent d'un certain prestige. L'éducation qui lui est prodiguée est évidement profondément catholique, et le jeune gothique fait preuve d'une foi infaillible. A l'âge de 16 ans, soit en 1231, il entre dans l'Ordre en tant qu'écuyer, et reçoit donc la formation militaire au même titre que ses camarades. Il troquera son nom de Sébastien pour celui d'Adolf. Là, le jeune écuyer rencontrera Bisol von Sint-Omer, un autre « sang pur », de un an son aîné. Ce-dernier est son tuteur, et deviendra rapidement son meilleur ami. Il participeront ensemble à la prise de la douzième province dés 1231. Lors d'une attaque sur un convoi de ravitaillement qu'ils protégeaient, Bisol sauve la vie d'Adolf qui lui jure allégeance. Ils feront le serment de rester loyaux entre eux à jamais. La même ainé, ils se porteront volontaires pour un transfert vers la province nouvellement conquise. Leur entrainement sera donc prodigué dans une cité en construction. Artos sera érigée à une vitesse record suite aux importants moyens accordés par l'État et à la quantité de prisonniers de guerres utilisés comme main d'œuvre. En 1240, la capitale et seule ville de la province est terminée. C'est une forteresse très moderne, mais pas une cité de commerçants. L'armée représente 20% de sa population. Bisol et Adolf apprécient utiliser le peu de temps libre dont ils jouissent encore pour explorer les environs. C'est ainsi qu'Adof fera la connaissance d'une jeune indigène nommée Xochitl (fleur) en 1234. Malgré la désapprobation de son aîné, le futur commandeur de l'armée lui fait promettre de ne rien dire de sa relation à leurs supérieurs. Bisol le jure, mais l'oblige à se confesser. Le prêtre met le jeune Adolf en garde contre sa conduite, et le prévient qu'il ne pourra sauver son âme si il persiste. L'écuyer est déchiré entre sa passion pour le Christ et celle pour la jeune femme, mais continue de la voir en secret.
En 1242, Cuixtli envahi l'Etat gothique. La relation entre Xochilt a évolué, sous le regard désapprobateur de Bisol. Ils se voient de plus en plus souvent, et il devient très difficile pour le futur chef d'Etat de cacher cette relation à leurs professeurs. Des chevaliers d'Artos, parmi lesquels les chevaliers tuteurs d'Adolf et de Bisol sont envoyés au front. Ils périront dans une embuscade, permettant aux deux hommes, alors âgés de 27 et 28 ans de devenir chevaliers et de choisir un écuyer. En décembre, le drame se produit. Adolf vient d'apprendre que sa compagne est enceinte. A la fois épouvanté et heureux, il se confie à son ami. Celui-ci le conjure de quitter l'Ordre avant d'être découvert, pour veiller sur son enfant et sa compagne, mais rien n'y fait. Le jeune homme a voué sa vie à son Etat tout autant qu'à la jeune femme, et il ne peut se résigner à abandonner l'un ou l'autre. Conscient du péché, il se confie une fois encore au prêtre, qui, cette fois, le rapporte à son supérieur. De fil en aiguille, les faits remontent jusqu'aux plus hauts gradés du clergé. L'évêque d'Artos donne alors l'ordre de payer la milice du village pour qu'elle capture la jeune femme, laquelle devra être brûlée sur la place dudit village devant Adolf, dument fouetté. Bisol, qui est un des soldats chargés de capturer le chevalier fautif pour le punir le prévient afin qu'il puisse fuir avec sa compagne. Malheureusement, le prêtre ne connaissant pas l'identité de la jeune femme, l'évêque ordonna que l'on trouve un moyen de la trouver. Le prêtre confesseur se doutant que Bisol préviendrait son ami, fait suivre Adolf afin de trouver sa compagne. Lorsque le soldat arrive auprès de son aimée pour la mettre à l'abrit, il découvre avec horreur que des miliciens les entourent. Un lieutenant, chef de la milice, lui promet qu'ils seront épargnés si ils se rendent sans combattre. Adolf dépose les armes. Mais le lieutenant ne peut tenir sa promesse. L'évêque ordonne que les deux fautifs soient châtiés selon son commandement. Sous le regard horrifié de ses camarades, Adolf, fouetté à sang doit assister à la mise à mort publique de Xochitl, brûlée sur le bûcher en guise d'exemple.
(Suite à venir...)

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: La véritable histoire de l'OrdenMarshall.    Mer 13 Juil - 17:17

Très intéressant et triste. Il y a moyen d'être au courant ne serait-ce que d'une partie de l'histoire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: La véritable histoire de l'OrdenMarshall.    Jeu 14 Juil - 8:18

Certes, puisqu'Artos est la plus récente de nos conquêtes, et que le village de la fille est peuplé, à cette époque , à 95% d'indigènes de ton ethnie. J'écris la suite maintenant.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: La véritable histoire de l'OrdenMarshall.    Jeu 14 Juil - 9:13

La perte de l'être qui lui importait le plus au monde était due aux hommes qu'il avait toujours servit fidèlement. Il avait tout perdu, sa femme, son enfant... et sa foi. Ce jour là, tous ses anciens amis virent l’effroi et la haine déformer son regard autrefois si paisible, tandis qu'il se démenait contre ses entraves de métal. Il se débattit jusqu'à s'en arracher les poignets alors que sa compagne hurlait de douleur. Lorsque les cris de Xochilt cessèrent, le rugissement de rage d'Adolf donna des sueurs froides à tous, indigènes comme gothiques. Bisol su que l'evêque avait atteint son objectif : Nul n'oserait encore braver la Loi. En revanche, si le Adolf qu'il connaissait était détruit, le monstre qui avait maintenant cessé de se démener venait de naître. Deux gardes virent le détacher. Sitôt ses liens défaits, le jeune chevalier sortit l'épée du fourreau d'un des deux miliciens et lui trancha la tête, avant de réserver pareil sort au deuxième, tétanisé. Puis ce hurlement de rage. L'evêque, terrfié, donna l'ordre de le mettre à mort, redoutant à juste titre que ce démon ne le raccourcisse de quelques centimètres.
Le sort d'Adolf paraissait scellé, mais le destin en décida autrement. Le chevalier était très apprécié de ses compagnons, pour sa bienveillance et sa bravoure. Tous étaient profondément affligés de ces événements, et, suivant l’exemple de Bisol, ils dégainèrent mais pour l'aider à fuir. Contre toute attente Adolf se rue sur le lieutenant qui l'a fait arrêter. Sa colère lui donne l'ascendant, l'officier est taillé en pièces. Massacrant trois miliciens, le jeune homme est rapidement sur l'évêque, qui implore sa pitié. Ses compagnons lui ordonnent de se calmer, et de fuir dans la forêt, mais tous savent qu'il est trop tard. La tête de l'homme d'Eglise roule aux pieds de Bisol qui n'ose croire ce qu'il voit. Il donne alors l'ordre de tuer les témoins, mais pas les indigènes. Les chevaliers savent qu'ils n'ont plus le choix. Un seul témoin en vie et c'est leur perte. La lutte commence,et la trentaine de chevalier a facilement raison de la milice qui tente aussitôt de fuir. Les indigènes, qui ont compris à leur manière ce qui c'était passé, aident les hommes de fer qui semblent lutter contre ceux qui ont brûlé leur fillle. Les flèches des autochtones abattent les derniers fuyards. Il faut alors trouver une explication officielle à ce massacre. Les coups ont clairement étés portés par des armes gothiques, si l'on excepte les flèches. Le clergé n'aura vent que d'une attaque d'un commando de Cuixtli équipé d'armes volées, et de la déroute dudit commando par les chevaliers, lesquels n'ont pu sauver l'évêque. Adolf est désormais nommé Blutrünstig, c'est à dire l’assoiffé de sang. Les chevaliers présents ce jour là formeront ses troupes les plus fidèles. Roberto il Pazzo, le futur commandant d'infanterie, est de ceux là.
Au cours de l'année, leur lieutenanterie participe à un affrontements minime contre un raid tloxcolèque détaché par Cuixtli. La mort de leur lieutenant permet à Bisol de lui succéder, tandis qu'Adolf et Roberto sont élus sergents pour leur courage et leur capacité à commander.
1243 : Après avoir défait les armées gothiques à plusieurs reprises, Cuixtli éradique entièrement l'armée gothique forte de plus de 20 000 hommes. La totalité des officiers militaires, l'HochMeister de l'époque et certaines hautes figures des autres classes se font tuer. Le principe de la mise en réserves des corps écuyers permet à l'Etat de conserver ses villes. Cependant, selon la volonté de Hugues le Preux, LandMeister de la douzième province, une centaine de chevaliers étaient restés à Artos, en prévision d'un tel coup du sort. Parmi eux, Bisol Von Sint-Omer qui du choisir les hommes qui resteraient avec lui. Adolf Blutrünstig et Roberto il Pazzo en sont.
Immédiatement, les conseils d'urgence élisent de nouveaux membres, mais un problème se pose : Personne ne peut élire les commandant de l'armée selon la Règle. Finalement, Hugues ayant choisit Sint-Omer comme successeur, celui-ci deviendra Landmeister et aura carte blanche pour reformer l'armée de sa province. Les onze autres Landmeister seront pris parmi les meilleurs intendant de leurs provinces, et donc assez compétents pour commander.

1243: Nigghod se retire de la guerre malgré la victoire éclatante pour contrer une attaque menée par la récente confédération de Tamascala.

1244: Paraissant le plus adapté à contrer Cuixtli au regard des autres officiers, Sint-Omer devra l'affronter près de Holzschaft à la tête de 20 000 écuyers et d'un millier de chevaliers. La victoire semble impossible. Adolf sait que toute cette armée n'est rien sans son commandant de génie, et, malré que Bisol le lui interdise, il le fera assassiner la nuit précédent la bataille. C'est la première fois que l'Ordre fait appel à des assassins, et cela restera non officiel. On racontera qu'Adolf l'a tué de ses propres mains. Désorganisée, et boulversée après la perte de son chef, l'armée ennemie, pourtant bien supérieure en nombre, est dispersée rapidement par les troupes gothiques. Sint-Omer saura profiter de la confusion régnant chez l'ennemi pour se forger une réputation de brillant stratège, qu'il ne devra pas perdre par la suite.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heinrich le Troll
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
avatar

Nombre de messages : 1636
Age : 28
Blason de l\'équipe :
Honneur :
76 / 10076 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 10/08/2007

Personnage
Points de vie:
250/250  (250/250)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
19/19  (19/19)

MessageSujet: Re: La véritable histoire de l'OrdenMarshall.    Jeu 14 Juil - 16:16

De quoi ? il a assassiné un évêque et le clergé se contente d'une histoire abracadabrante d'insurrection tloxcolèque ? Si c'est le cas, là je le brûle tout de suite, je lance un avis de recherche, ... , avec ou sans l'accord de Bisol.

_________________
Sketch blog · Geek blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsékelkan
Empereur Tloxcolèque
avatar

Nombre de messages : 1694
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
60 / 10060 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 12/11/2010

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
12/12  (12/12)

MessageSujet: Re: La véritable histoire de l'OrdenMarshall.    Jeu 14 Juil - 16:25

HRP: si ça ne te plaît pas dis-le tout de suite et je retire cela

De toutes les légendes tloxcolèques, il en est une que l'on chante avec courage avec louange mais qu'on ne conte guère près des gothiques ou de leurs agents.
Et pourtant c'est celle qui est la plus appréciée dans des régions comme Toluca malgré sa proportion de chrétien élevée. Mais il faut savoir que l'histoire change toujours sur d'infimes détails mais qui contribuent à faire de cette histoire la légende qu'elle est. Les tloxcolèques n'ayant pas réellement une perception du temps comme les gothiques, les skaers ou les confédérés. Cette histoire est contée parfois dans l'époque qui précéda l'invasion de Cuixtli parfois après et même dès l'arrivée des gothiques !

Cette histoire relate un amour interdit entre un homme et une femme que tout opposait, lui gothique vénérant son dieu et elle tloxcolèque tachant de survivre dans une époque difficile. De leur amour naquit un enfant mais la cruauté ou la jalousie d'un autre homme cela dépend des versions ne pouvait accepter que la femme se soit détournée de lui ou que l'un de ses hommes aime plus une païenne que son Dieu unique. Pour sauver sa femme et son enfant, le gothique se rendit mais l'autre homme qui vénérait plus que tout son dieu unique ordonna que l'on brûle la femme et l'enfant car le soldat était utile mais pas les deux autres.

Là encore les versions divèrgent, certains chantent des fins funestes avec la mort de la femme, de l'enfant et du père. D'autre partent dans la tristesse absolue, en clamant la mort de la mère et l'enfant et le désespoir du père mais la plus connue est celle du père se libérant de ses liens et sauvant son enfant et sa femme. Se vengeant de son oppresseur et guidant les personnes sur place vers un salut d'une autre terre. Inutile de le préciser mais la province de Toluca clame que ce héros est celui qui leur a permis de se relever après la guerre de Cuixtli. Légende ou vérité nul ne saurait le dire mais les tloxcolèques étant un peuple crédule et se faisant confiance, nul ne remet en doute Toluca.

Néanmoins, cette légende ne devrait pas sortir du territoire tloxcolèque ou sinon elle risquerait de réveiller un démon qui dort.
Un barde nommé Cuwlo clame connaître la seule et unique version durant laquelle l'homme ne parvient pas à sauver son enfant ni sa femme mais qu'il tue nombre de gothiques aidés par certains de ses pairs tristes de son sort. Mais beaucoup ne croyent pas cette version, la jugeant trop incrédule mais qui sait, les bardes doivent bien survivre et qui sait la vérité en ce bas-monde ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heinrich le Troll
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
Grand Inspecteur Inquisiteur des Tribunaux
avatar

Nombre de messages : 1636
Age : 28
Blason de l\'équipe :
Honneur :
76 / 10076 / 100

Expérience de rôliste :
30 / 10030 / 100

Date d'inscription : 10/08/2007

Personnage
Points de vie:
250/250  (250/250)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
19/19  (19/19)

MessageSujet: Re: La véritable histoire de l'OrdenMarshall.    Jeu 14 Juil - 16:30

Non, ça pourrait se passer, en corrompant qui il faut. Mais Heinrich, là, il peut pas laisser passer : soit on garde, et la tension Heinrich/Adolf est à son paroxysme, soit tu changes.

_________________
Sketch blog · Geek blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: La véritable histoire de l'OrdenMarshall.    Dim 31 Juil - 13:11

Heinrich a toujours eu des doutes, maintenant, c'est surtout le fait de son hérésie qui t'insupporte. C'est quand même le héro qui a sauvé l'Etat Gothique, cela l'a en quelque sorte sauvé.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La véritable histoire de l'OrdenMarshall.    

Revenir en haut Aller en bas
 
La véritable histoire de l'OrdenMarshall.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La véritable histoire de Pâques + bonus
» La véritable histoire du Roi Sorcier d'Angmar
» Lord Voldemort
» LA VÉRITABLE HISTOIRE DE JESUS DE NAZARETH
» La véritable histoire des Gardiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La conquête de Pandrea :: LE JEU :: Jeux écrits-
Sauter vers: