La conquête de Pandrea

Forum de jeux de rôles de toutes catégories
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La revanche de Bisol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Vräala
Jarl
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 30
Blason de l\'équipe :
Honneur :
72 / 10072 / 100

Expérience de rôliste :
22 / 10022 / 100

Date d'inscription : 08/01/2008

Personnage
Points de vie:
210/210  (210/210)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
22/22  (22/22)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Ven 30 Mai - 19:14

Je préférerais que tu prenne l'initiative parce que je ne vais pas avoir le net pendant une semaine, puis je pars bosser en Suisse. Et là je ne sais pas si j'ai la connexion dans ma chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duc Ellington
Troubadour, messager
avatar

Nombre de messages : 669
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
31 / 10031 / 100

Expérience de rôliste :
3 / 1003 / 100

Date d'inscription : 25/01/2008

Personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)
Défense:
1/1  (1/1)
Attaque:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Ven 30 Mai - 22:09

En Suisse? Mais t'es fou? affraid Ya que des gens comme Weykyu et Tarik, là-bas! Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vräala
Jarl
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 30
Blason de l\'équipe :
Honneur :
72 / 10072 / 100

Expérience de rôliste :
22 / 10022 / 100

Date d'inscription : 08/01/2008

Personnage
Points de vie:
210/210  (210/210)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
22/22  (22/22)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Sam 31 Mai - 1:03

Et bien raison de plus :héhé: !!! Je pourrais GNer avec des barbares viking alpins (oupa). Sinon rectification: j'aurais le wifi en fait, mais peut être pas le temps.

Hop je prend le volant dans 8 heures... bonne nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duc Ellington
Troubadour, messager
avatar

Nombre de messages : 669
Age : 26
Blason de l\'équipe :
Honneur :
31 / 10031 / 100

Expérience de rôliste :
3 / 1003 / 100

Date d'inscription : 25/01/2008

Personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)
Défense:
1/1  (1/1)
Attaque:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Sam 31 Mai - 9:15

Ca y est, il est parti :456456:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Mer 4 Juin - 19:34

Vräala a écrit:
Je préférerais que tu prenne l'initiative parce que je ne vais pas avoir le net pendant une semaine, puis je pars bosser en Suisse. Et là je ne sais pas si j'ai la connexion dans ma chambre.

Tarik ?

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarik Stefanson
Kongr de Skaerling
avatar

Nombre de messages : 2397
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
78 / 10078 / 100

Expérience de rôliste :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 20/02/2008

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
23/23  (23/23)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Ven 6 Juin - 11:32

C'est bon c'est bon, je m'y mets, sur Battle song pour l'ambiance!!!!


Les éclaireurs et autres espiosn de la'rmée n'avait révelé aucun mouvement dans la grosse forteresse bâtie en une semaine pour ces fils de chienne d'Occidetaux. A que celà ne tienne! Tarik, de par son enfance dans les terres du Nord de l'Europe, avait entendu des récits de guerre sur un grand conquérant... Il s'appelait, Genrgis, Jenguis, un truc comme ça. Et il avait une tactique qu'il avait envie de mettre en oeuvre. La terre brûlée. Aller porter, à défaut de mort, désolation sur les terres de ces ennemis, En voant tous les champs brûler, une partie aux moins, parmi les plus impétueux des chevaliers viendrait les affronter. Et là, ils seraient prêt.

Suivant les traces de l'armée renvoyée, ils pénétrèrent dans le territoire lynx. Tarik sépara ces troupes en trois grands bataillons. Le premier, composé en majeure partie de hyènes et autres maradeurs de l'empire, à peine qualifiables de guerriers, devaient partir ravager les champs, couper les bois et les mines, bref, réduire à néant tous ce que le royaume gothique avait pu laisser au dehors de ces murs et qui ne s'était pas réfuigier lâchement dans leurs forterresses de pierres. Tarik confia le commandement de cette tâche à un amoureux des carnages, à savoir Welkyu, un ancien lynx, du moins il y ressemblait.

Le deuxième groupe, commandé par Vräala, devait veiller à prévenir toutes sortie de l'armée dans la forterresse de bois, et si possible tenter de la prendre, mais il fallait limiter les pertes, en tout cas celles des sangliers. Et éviter que l'armée s'enfonce plus profondément dans les terres de l'empire.

La troisième, commandée par Tarik en personne partit à marche forcée pour rattraper les fuyards qui s'étaent séparé de l'armée principale... Celle-ci était composée des trois quarts des sangliers sanglants, ainsi que d'une énorme masse de hyènes.

Après une semaine de marche forcée, les éclaireurs signalèrent que la colonne de fuyards était en vue, à moins de 10 kilométres... Tarik aiguisa son épée et fit réaffuter les pieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vräala
Jarl
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 30
Blason de l\'équipe :
Honneur :
72 / 10072 / 100

Expérience de rôliste :
22 / 10022 / 100

Date d'inscription : 08/01/2008

Personnage
Points de vie:
210/210  (210/210)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
22/22  (22/22)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Sam 7 Juin - 12:06

Vräala aquiesca les ordres de Tarik et passa en revue les troupes qui lui ont été confiées. Nombre de sangliers étaient sous ses ordres, même si les piquiers accompagnaient en majorité son supérieur, et il en remercia celui-ci pour la confiance accordée.
Sitôt celui-ci parti à la poursuite des fuyards, Vräala prit une stratégie opposée aux lynx qui se replient dans leurs forts: Il éparpilla son armée en de multiples groupes, ayant pour ordre de se cacher dans les forêts, grottes ou encore dans des tunnels construits pour l'occasion. Il fallait que l'ennemi ne sache pas la présence d'une forte troupe autour d'eux. Ces groupes faisaient office d'autant d'éclaireurs prêt à allerter tout les autres en cas de sortie.

Après quelques jours de travaux souterrains, Vräala se demanda pourquoi ne pas tenter d'attaquer la forteresse par l'intérieur même! Sitôt ordonné, sitôt de nombreux tunnels se creusaient vers la forteresse. A la suite d'éboulements, il ordonna la découpe d'arbres pour soutenir les tunnels avec des poutres. C'est là que la présence Hyène commencait à paraitre aux yeux des lynx.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Sam 7 Juin - 19:05

NB : Gengis c'est plus tard ^^


Deux jours plus tard, la situation avait échappé à tout contrôle.
Certes, j’avais prévu que les Hyènes s’attaqueraient à notre territoire, mais tout de même. La population avait beau être protégée, elle ne voyait pas d’un très bon œil la venue des ennemis sur ses terres.
Boleslaw m’averti qu’il allait repousser ces païens avec les écuyer, et qu’il formait les villageois aux rudiments des armes et de la science des places fortes, afin qu’ils puissent assurer un minimum de soutien aux forteresses attaquées. Parmi ces techniques : le tir à l’arc, et le mur de vouges. Combinées, ces deux tactiques étaient redoutables en cas de siège.
Il me rappela également dans son message que, comme nous l’avions appris, leur tactique était puérile, puisqu’elle était sensée être utilisée de manière défensive : on privait l’ennemi de vivres. Les Hyènes allaient s’enfoncer trop loin, et, je devrais leur couper toute retraite, les prenant en tenaille entre son armée et la mienne. De plus, tout le monde savait qu’une terre qui a été brûlée est riche en matière organique et propice à l’agriculture.
« Ils nous épargnent un lourd travail de défrisage », écrit-il.
Je ne partageais pas sa vison optimiste des faits. Il était évident que notre populace locale vivait dans des simples habitations, aisées à reconstruire, mais c’était ce qui les fixait à notre Etat. Nous courions un risque d’immigration en terre ennemie. Non. A bien y réfléchir, si les Hyènes brûlaient leurs villages, les indigènes préféreraient sans doute notre clémence.
Cela me rappela l’épisode de la destruction d’une ville ennemie, au début de notre campagne. Il ne fallait sans doute pas agir de la sorte, c’était primitif et brutal, songeais-je.
Je répondis à Boleslaw de s’arranger avec le lieutenant que je lui envoyai, accompagné d’une centaine de cavaliers d’élite pour poursuivre les fuyards et agir rapidement.
Seul une infime partie des Hyènes nous faisait encore face. Impossible de les affronter du fait qu’ils s’étaient éparpillés dans tous les sens. Avancer en territoire adverse était tout aussi inconscient : ils le connaissaient très bien, et nous tenteraient moult embuscades.
Il me vint alors une idée. Les royaumes neutres, situés au Sud, étaient réputés pour avoir repoussé victorieusement les Hyènes, en luttant à armes égales. Véritables professionnels des combats forestiers, ils pourraient nous être utile. Le moment des négociations était arrivé.
Alors que j’attelais quelques un de mes meilleurs lieutenants à cette lourde tâche, on vint m’avertir d’une nouvelle des plus alarmante. Des bruits semblaient provenir du centre du camp, sous terre, et les Hyènes coupaient des arbres alors qu’elles ne montaient aucun camp.
Pire encore, certains éboulements souterrains avaient faillit faire l’effet d’un point de sape sous nos murs. La zone était désormais sous haute surveillance.
L’épisode de tunnels creusés par Camille, un romain, pour reprendre Rome, me fit songer que les Hyènes pourraient bien avoir une idée similaire.
Voilà, pensais-je, l’intérêt d’être cultivé et de réfléchir intelligemment.
-« Si ces chiens de pourceaux veulent pénétrer par nos sous sols, nous perdront un avantage : l’ordre et la discipline. D’un autre côté, nous savons qu’ils sont moins nombreux qu’avant, et qu’ils ne sortiront qu’un par un, ou presque. Postez des vigies, ils ne peuvent pas creuser des centaines de tunnels. Nous attendrons qu’ils montrent leur nez, et formerons des phalanges en carré autour de ces tunnels. Préparez également des balistes et de la poix. Si ils font ce que je pense, ils courent à leur perte. La débandade sera telle que nous les poursuivrons dans ces maudis souterrains en les hachant par milliers.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarik Stefanson
Kongr de Skaerling
avatar

Nombre de messages : 2397
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
78 / 10078 / 100

Expérience de rôliste :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 20/02/2008

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
23/23  (23/23)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Lun 9 Juin - 14:09

Les éclaireurs signalèrent que l'armée ennemie s'était arrêtée et semblait décidée à en découdre... Tarik éclata d'un rire mauvais à cette idée. Ces gothiques allaient payer de leur arrogance. Le terrain était bein dégagé, une preuve que les hyènes de Weylkyu faisaient leur travail. Les lynx étaient postés en face, et comptaient sans doute sur leur cavalerie pour leur infliger une cuisante défaite... On allait rire.

Tarik fit s'avancer ces troupes dans la plaine, en gardant cachée les piques. Tout portait à croire que les sangliers allaient simpement charger. Mais Tarik attendait une chose. Que le commandant done l'ordre d'une charge de cavalerie sur cette infanterie apparement sans défance... Ce qui ne tarda point. Une centaine de cavalier lourdement harnaché suivit d'une masse de cavaliers léger s'élança. Les sangliers se stoppèrent, et à la dernière seconde, sur l'ordre de Tarik, soulevèrent les pieux aiguiés et durcit au feu de bois...

Les premiers cavaliers, apparement très bein entrainé parvinrent à stopper leurs chevaux à quelques mètres des pieux, mais la masse les suivant n'eut pas cette adresse et poussèrent les malheureux sur les piques affutée, tuant indifféramment hommes et chevaux...
C'est à cet instant que Trik fit charger ces troupes, qui se ruèrent à l'assaut des cavaliers désorgannisé et empêtré.

Tarik se précipita sur un cavalier en armure intégral qui commençait à se relever et stoppa net sa manouvre d'un coup de hache. Un écuyer se précipita sur lui, épée levée, mais Traik sauta sur sa droite, esquivant le coup, et l'embrocha de son épée, abandonnant sa hache de bataille. Et des centaines d'autres scènes de ce genre se repètèrent. Les cavaliers léger se replièrent ausitôt, enfin ceux qui le pouvaient, mais les sangliers ivres de sang et de victoire les poursuivire.

Une infanterie surgit des rangs adverses, et le combat s'engagea. Cette fois, les hyènes purent profiter de leur nombre, malgré qu'elles mourraient en grand nombre, et voyant que l'engagement s'étérnisait sans vrais résultats, Tarik ordonna le replis.

Il n'avait perdu qu'une petite centaine de sangliers, et seulement 500 hyènes. Les chevaliers étaient tous morts, et une grande partie des cavaliers légers avait été décimée.

La fête fut longue et la bière coula à flot dans le camps des sangliers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vräala
Jarl
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 30
Blason de l\'équipe :
Honneur :
72 / 10072 / 100

Expérience de rôliste :
22 / 10022 / 100

Date d'inscription : 08/01/2008

Personnage
Points de vie:
210/210  (210/210)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
22/22  (22/22)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Lun 9 Juin - 19:15

Cette bataille a lieu ou? Tu devais pas poursuivre des fuyards?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarik Stefanson
Kongr de Skaerling
avatar

Nombre de messages : 2397
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
78 / 10078 / 100

Expérience de rôliste :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 20/02/2008

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
23/23  (23/23)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Lun 9 Juin - 20:53

Ben si... Les fuyards s'est les écuyer de Bisol... cheers Et ça a lieu... A 5 jours de marche d'ou on était, sur une plaine de terre brûlée.... :jgurg:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vräala
Jarl
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 30
Blason de l\'équipe :
Honneur :
72 / 10072 / 100

Expérience de rôliste :
22 / 10022 / 100

Date d'inscription : 08/01/2008

Personnage
Points de vie:
210/210  (210/210)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
22/22  (22/22)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Jeu 12 Juin - 20:37

Une semaine de travaux intenses, les hommes suaient sous le poid de la terre et des pierres à acheminer en dehors. Tandis que le soleil tapait à l'extérieur, les mineurs creusaient sans relache jusqu'au moment ou enfin, une dizaines de tunnels différents étaient à moins de 10 m du point d'arrivée.

8 d'entre elles étaient reliées depuis une grande caverne centrale naturelle, découverte par hasard. Si les Lynx s'y aventuraient ils y seraient submergés. Les autres étaient éparpillées sur les extrémités, ces tunnels ne seront achevés que bien plus tard pour prendre l'ennemi à revers. Mais quoiqu'il en soit ses hommes ne pouvaient se battre sans s'être reposés ou avoir vu, peut être une dernière fois, la lumière du soleil.


Ce fut la fête, Vräala ne put l'empêcher. Mais il savait bien que les éclaireurs Lynx avaient déjà alerté leur supérieur de leur présence. Au contraire finalement, ce vacarne de cris, tambours et de chants allait peut être éveiller la crainte chez l'ennemi.
Le lendemain fut jour de repos, en effet il valait mieux attendre pour combattre la nuit, pour que les hommes ne soient pas aveuglés en sortant du tunnel. Le soleil se couchant, les premiers sapeurs s'en allèrent continuer de creuser les dernières portions de tunnel. Dans un instant les Hyènes vont sortir en fureur depuis d'innombrables gouffres. Un système de sablier avait été mis en place pour synchroniser les attaques.

Un, deux, puis plein de tunnels s'ouvrirent sur le sol . La terre tombait sur les hommes, parfois un Lynx même chutait et se faisait littéralement décortiquer. Dans la moitié des tunnels l'organisation prévue pour le passage au sol échoua, Hyènes et sangliers à peine sorti se firent couper la tête, le sang commenca à s'accumuler dans les couloirs, donnant l'impression aux hommes de faire la queue pour un abattoir.
Par contre dans trois autres, les Sangliers appliquèrent à la lettre leur consigne: déployer des boucliers en bois épais tout autour du gouffre et à l'arrière maintenir les lances vers l'ennemi. Les autres devaient pousser cette tortue de toutes leurs forces jusqu'à ce que le mur soit trop étendu. Les Lynx tapaient comme des brutes sur ces boucliers, et à un seul endroit, ou ceux-ci étaient équippés de marteaux, le mur s'ébranla.
Une fois le but atteint dans les 2 autres gouffres, les boucliers s'ouvrirent pour laisser place à une marre de Hyènes, la boucherie commenca, tandis que les deux derniers tunnels situés aux extrémités commencaient enfin à atteindre la surface du sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Sam 14 Juin - 19:52

Tarik, Viking en exil a écrit:
Les éclaireurs signalèrent que l'armée ennemie s'était arrêtée et semblait décidée à en découdre... Tarik éclata d'un rire mauvais à cette idée. Ces gothiques allaient payer de leur arrogance. Le terrain était bein dégagé, une preuve que les hyènes de Weylkyu faisaient leur travail. Les lynx étaient postés en face, et comptaient sans doute sur leur cavalerie pour leur infliger une cuisante défaite... On allait rire.

Tarik fit s'avancer ces troupes dans la plaine, en gardant cachée les piques. Tout portait à croire que les sangliers allaient simpement charger. Mais Tarik attendait une chose. Que le commandant done l'ordre d'une charge de cavalerie sur cette infanterie apparement sans défance... Ce qui ne tarda point. Une centaine de cavalier lourdement harnaché suivit d'une masse de cavaliers léger s'élança. Les sangliers se stoppèrent, et à la dernière seconde, sur l'ordre de Tarik, soulevèrent les pieux aiguiés et durcit au feu de bois...

Les premiers cavaliers, apparement très bein entrainé parvinrent à stopper leurs chevaux à quelques mètres des pieux, mais la masse les suivant n'eut pas cette adresse et poussèrent les malheureux sur les piques affutée, tuant indifféramment hommes et chevaux...
C'est à cet instant que Trik fit charger ces troupes, qui se ruèrent à l'assaut des cavaliers désorgannisé et empêtré.

Tarik se précipita sur un cavalier en armure intégral qui commençait à se relever et stoppa net sa manouvre d'un coup de hache. Un écuyer se précipita sur lui, épée levée, mais Traik sauta sur sa droite, esquivant le coup, et l'embrocha de son épée, abandonnant sa hache de bataille. Et des centaines d'autres scènes de ce genre se repètèrent. Les cavaliers léger se replièrent ausitôt, enfin ceux qui le pouvaient, mais les sangliers ivres de sang et de victoire les poursuivire.

Une infanterie surgit des rangs adverses, et le combat s'engagea. Cette fois, les hyènes purent profiter de leur nombre, malgré qu'elles mourraient en grand nombre, et voyant que l'engagement s'étérnisait sans vrais résultats, Tarik ordonna le replis.

Il n'avait perdu qu'une petite centaine de sangliers, et seulement 500 hyènes. Les chevaliers étaient tous morts, et une grande partie des cavaliers légers avait été décimée.

La fête fut longue et la bière coula à flot dans le camps des sangliers.


Ok, j'admet tout ça ^^ A un détail près : les écuyers ne peuvent pas posséder de cheval, et ne forment donc qu'épéistes et phalangistes. Seul mes cavaliers lourds (la centaine que j'ai effectivement envoyé) sont là. Mais, avec pour tâche de poursuivre les fuyards (ex : des minis-bandes, des déserteurs, etc...). Donc, la charge des Lynx est ici utopique, puisqu'impossible. Pour un Chevalier de l'Ordre, désobéir aux ordres est aussi inconcevable que de monter un âne : d'où notre force.
Donc, on va transformer ça en une grosse baston entre milices.
NB: n'oublies pas les phalanges la prochaine fois, vieux fourbe :ggdshrtzqt:

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Sam 14 Juin - 21:39

Une semaine venait de passer, et la surveillance s’était un peu relâchée. Les phalangistes avaient eu l’autorisation de se reposer, et seul quelques dizaines de soldats se relayaient autour des futurs tunnels. C’est alors qu’un pigeonnier me fut amené, porteur d’une bien triste nouvelle. Son air dépité en disait déjà long. Je lui fis signe de me dévoiler le message qu’il avait déchiffré.
Balbutiant, le messager m’annonça que la perte de nombreux écuyers, lors d’une escarmouche contre une imposante armée d’Hyènes et de sangliers. Les ennemis s’étaient repliés, mais non sans nous faire subir de lourdes pertes. Les sangliers avaient désorienté le capitaine par leur attaque, et la troupe attaquée n’était pas rompue à la phalange. Elle était en route pour rattraper une centaine d’Hyènes aperçu dans la région. Un piège, bien entendu. Et un piège grossier.
Les imbéciles, marmonnais-je entre mes dents, avant de renvoyer l’homme et un message pour Boleslav, dans lequel je lui ordonnai de ne plus quitter ses châteaux, car les forces ennemies étaient de nature insondables, tant en nombre qu’en valeur.
Ce n’était qu’une des deux mauvaises nouvelles. La seconde fut que les Hyènes qui creusaient des souterrains festoyaient bruyamment à l’orée de ce qui avait été une forêt.
Or, on ne festoie pas si l’on est en posture fâcheuse. D’où ma rapide conclusion qu’elles étaient confiantes, un peu trop, même.
J’ordonnai de redoubler de vigilance et de rétablir les phalanges autour des emplacements.
La nuit suivante, un de mes officiers vint me tirer de ma couche, l’air sombre.
-Seigneur, vous devriez venir voir, affirma t’il.
Je parti à la suite de cette haute silhouette après avoir enfilé mon ceinturon. Sortir sans épée était pour moi aussi stupide que de sortir nu.
La vision qui s’ouvrit à mes yeux me fit blêmir, puis sourire, tant elle était grotesque.
Une masse grouillante d’ennemis s’entassaient autour de quelques points éloignés. On pouvait les repérer au bruit et grâce aux feux que certains groupes avaient allumés, à moins qu’il ne s’agisse de torches.
-Par la malemort ! Réveillez moi ces tas de fainéants ! Ils vont nous submerger si nous ne sommes pas près à temps ! Et surtout, faites moi ça en silence et en ordre ! Il ne s’agit pas d’imiter ces sauvages !
Tout à coup, les feux disparurent un à un. Soit parce qu’ils étaient désormais sous terre, soit parce que leurs chefs leur avaient fait comprendre que c’était stupide au possible.
Ils étaient sans doute à près d’un kilomètre de distance, et tout irait très vite.
A nouveau, je me rendis rapidement compte que les phalangistes en avaient eut assez de rester debout à tenir une lance, mêle en se relayant toutes les demi-heures.
Il était déjà trop tard.
Les Hyènes étaient trop stupides pour mener à bien une attaque aussi coordonnée. Je soupçonnais une fois de plus ces maudis sangliers d’être à la tête de l’opération, et même, à la tête de l’état major ennemi…
Huits tunnels s’ouvrirent presque simultanément. Je n’avais pas prévu qu’ils fassent un tel diamètre (près de 10 mètres). Le sol se déroba sous les pieds des premiers rangs, les faisant basculer vers une masse grouillante et sauvage qui les hacha sur le coup.
-Montejoie ! Hardis soldats ! Montrez leurs ce que vous valez ! Vous êtes des gothiques nom d’un chien ! Repoussez cette vermine infâme dans les profondeur abysales d’où elle n’aurait jamais du sortir ! Hurlais-je à mes troupes.
La situation fut assez vite rétablie par les seconds rangs, qui devaient redoubler d’ardeur pour repousser cette poussée de mort. Si trop d’ennemis parvenaient à prendre pied sur un sol plus plat, nos chances de victoires s’en seraient vues gravement diminuées.
M’étant moi-même emparé d’une lance, je resserrai la formation, formant avec mes hommes un mur impénétrable et mortel. J’ordonnai la tactique d’assaut pour la circonstance, pour ne pas nous laisser reculer. La masse était telle que ne pas bouger était impossible, nous reculions lentement mais sûrement, élargissant le cercle d’où provenaient nos adversaires.
La tactique proprement dite consistait à projeter violement son bouclier vers l’ennemi avant de brandir sa lance pour le transpercer, et de rabattre son bouclier, tut cela de manière très synchronisée.

(Comme ça quoi, sans le son)

http://www.youtube.com/watch?v=vYIoGYL7d78&feature=related

De nombreux Gothiques accouraient encore depuis leurs tentes pour renforcer nos rangs, et nous pûmes ainsi sécuriser cinq tunnels sans subir de pertes conséquentes.
Par contre, pour ce qui était des trois autres, les sangliers (ça ne pouvait être qu’eux) étaient parvenus à imiter notre phalange de manière assez efficace que pour ne pas se laisser tuer facilement. Leur technique leur permit de prendre pied sur le sol stable, et de menacer nos positions.
Robert intervint alors avec son contingent personnel, soit 72 hommes armés de marteaux de guerre impressionnants.
-Les gars, tous des faibles…, commença t’il.
-Sauf nous ! Achevèrent les autres, avant de se ruer sur les boucliers ennemis. Les lourdes masses firent des prouesses, et l’un des trois groupes d’ennemi dû se replier dans le tunnel tant la violence du choc fut terrible. Leurs boucliers ne résistaient pas à ces monstres de fer.
Les Hyènes surgirent alors des espaces soudainement laissées entre les rangs des sangliers, et la marée déferla sur les lignes chargées de ces deux tunnels.
Mais si cette poussée pouvait être contenue, la ruse des Hyènes allait s’avérer payante. Que ce fus-ce un manque de coordination où un coup de maître, deux autres tunnels débouchèrent seulement à l’arrière du camp, là où plus personne ne veillait.
Je pris la tête d’épéistes et fonçai à leur rencontre, bien décider à les bouter hors de là prestement.
Belzébuth, a qui j’avais confié la lourde tâche de diriger les tirs des armes de siège de ne se manifesta qu’à ce moment. Un rire démonique résonna dans le camp, précédant une marée de feu d’une intensité incroyable. Mon second avait dirigé toutes les armes de sièges vers le tunnel du centre, un de ceux où les sangliers étaient parvenus à prendre pied.
Je n’eu pas le temps d’avertir mes hommes de se bouger, et c’eut été inutile.
Belzébuth n’était pas réputé pour sa compassion envers ses compagnons.
J’avais toujours été amusé de la passion de mon commandant pour ces armes de siège, qu’il affectionnait vraiment beaucoup. Lui ayant laissé le bon soin de se charger de leur construction et de leur utilisation, je lui avais ainsi trouvé un passe temps et empêché de sombrer dans la dépression qui l’envahissait lorsque nous ne combattions pas.
Mais de là à m’imaginer qu’il avait fait construire 66 trébuchets, 66 onagres, et 666 balistes, il y avait un gouffre. Son armée « démoniaque » déchaîna en tout cas un feu des enfers sur la zone ciblée, emportant avec elle l’entierté des ennemis présent, les tunnels les plus proches, et près d’un millier des nôtres.
Et cela n’était évidement qu’une seule salve, rugissais-je intérieurement. Ce fou va raser notre camp et notre armée ! Certes, nous étions plus de 100 000, mais tout de même ! En tout cas, l’utilité de la manœuvre était non négligeable : les deux tunnels critiques étaient enterrés, ainsi que deux autres. Les Hyènes fuyaient en masse dans les souterrains, sous le choc. Je remarquai que mon second dirigeait les armes vers les tunnels restants, et ordonnais à des estafettes d’avertir les hommes de ces consignes : Trouver des volontaires pour risquer leur vie en maintenant les ennemis restants (il en restait en effet, là où les sangliers tuaient les fuyards) tandis que Belzébuth préparait le tir. D’autres messagers allaient avertir mon second de ne tirer que d’ici dix minutes au plus tôt, pour permettre l’évacuation vers… les deux tunnels vers lesquels je me dirigeais, les deux « retardataires ».
Les Hyènes furent épouvantées de constater qu’une centaine de milliers de chevaliers en furie couraient vers eux.
Au moins, dans ces maudis tunnels, ils ne se rendaient pas compte de notre nombre, ni de leurs pertes. Ou moins en tout cas. Ici, ils vont revenir à leurs instincts premiers : la fuite stratégique, pensais-je. A noter, aussi, que mon second nous a frustré du plaisir que nous aurait donné une poursuite dans les autres tunnels.
Un nouveau bruit de tirs emplit le camp, suivit par des explosions terribles. Soudain, un énorme craquement se fit entendre, et un pan de sol gigantesque s’effondra, emportant avec lui un nouveau millier des nôtres et l’entierté des ennemis de la zone, c'est-à-dire tout ceux qui n’étaient pas assez loin des huit premiers tunnels.
Le rire de mon second se fit une nouvelle fois entendre. Une fois encore, je le vis ordonner la recharge des armes de siège. Sa seule cible possible étant ma propre position, je fus pris de panique.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarik Stefanson
Kongr de Skaerling
avatar

Nombre de messages : 2397
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
78 / 10078 / 100

Expérience de rôliste :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 20/02/2008

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
23/23  (23/23)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Dim 15 Juin - 15:24

Bon, j'ai eu un problème et tout mon RP vient de passer à la trappe à cause de la connection. Et j'ai pas le courage de recommencer. Alors en gros, je vais assiéger Gnosia. Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Dim 15 Juin - 15:47

Tu vas pas me dire que tu tapes sur le forum ? Faut toujours taper dans word pauvre fou !!!
Ok, c'est noté. A titre indicatif, t'es mal parti : la ville assure sa suffisance alimentaire par ses faubourgs vivriers (dans l'enceinte) et est sur un piton rocheux. Tu n'as pas de matos de siège comme les tours ou les trébuchets, et les meilleures académies militaires de l'Ordre sont là ^^
En plus, j'aurai tôt fait d'arriver :héhé: Votre force c'est d'être introuvable, or, vous ne le serez plus. Par contre, tu seras entre les écuyers et moi :ggdshrtzqt:

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarik Stefanson
Kongr de Skaerling
avatar

Nombre de messages : 2397
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
78 / 10078 / 100

Expérience de rôliste :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 20/02/2008

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
23/23  (23/23)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Lun 16 Juin - 11:10

Et toi tu auras Vräala dans ton dos! Et on vous pète la gueule!!!! Vous allez m'envoyer les jeunots pas encore rasés? Face à des tueurs expérmimenté? Ce serait du suicide! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vräala
Jarl
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 30
Blason de l\'équipe :
Honneur :
72 / 10072 / 100

Expérience de rôliste :
22 / 10022 / 100

Date d'inscription : 08/01/2008

Personnage
Points de vie:
210/210  (210/210)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
22/22  (22/22)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Lun 16 Juin - 18:21

Sinon juste comme ca, elle a combien d'habitants ta cité de Gnosia? (Juste histoire de calculer la surface qu'elle occupe pour nourrir tout ce monde + les paysans réfugiés, et donc la circonférence des murailles à supposer qu'il s'agit d'un cercle parfait et donc le nombre d'hommes qu'il faut pour couvrir rien que le chemin de ronde.)

Sachant:
Productivité du riz moderne moyenne: 3,8 tonnes/ha/an (0,57tonnes pour les pays les - avancés, et le riz reste une des cultures les + productives).
Consommation: 0,5kilo/jour/pers (au pif)
Soit 20 personnes par hectare à peu près (+ les habitations...)


Dernière édition par Vräala le Mar 17 Juin - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tenoch

avatar

Nombre de messages : 323
Age : 24
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
19 / 10019 / 100

Date d'inscription : 06/07/2007

Personnage
Points de vie:
160/160  (160/160)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
13/13  (13/13)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Lun 16 Juin - 19:53

Tarik, Viking en exil a écrit:
Et toi tu auras Vräala dans ton dos! Et on vous pète la gueule!!!! Vous allez m'envoyer les jeunots pas encore rasés? Face à des tueurs expérmimenté? Ce serait du suicide! Twisted Evil

Tu es sûr que Vraala sera assez fort pour me choper après son attaque ?
Mes jeunôts ont 3 ans de formation en moyenne et savent faire la phalange. Je serai le marteau, eux l'enclume.

La population de Gnosia est d'environ 500 000 personnes pour le moment (avec les réfugiés). Je te laisse faire les calculs. Mais je vois une citée de 4 km de rayon :ryhncv:


:levraimrred:
C'est moi qui cause là. En fait.
Et, oui, c'est une ville très grosse, c'est la capitale.
Mais, j'avoue, la citée est en autosuffisance pour les quelques 250 000 citadins habituels. Or, on est plus ^^ En se serrant la ceinture on est bon pour tenir quelques temps quand même, surtout avec les réserves. Quant à vous, maintenant que vous avez crammer le territoire occupé, c'est con : vous avez plus à bouffer. Et des chevaliers en colères reviennent justemement parce qu'ils ont faim aussi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vares
Khangarid
avatar

Nombre de messages : 1110
Age : 25
Blason de l\'équipe :
Honneur :
50 / 10050 / 100

Expérience de rôliste :
80 / 10080 / 100

Date d'inscription : 30/12/2007

Personnage
Points de vie:
200/0  (200/0)
Défense:
20/20  (20/20)
Attaque:
20/20  (20/20)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Lun 16 Juin - 20:41

500'000 :ghasp: affraid Tfoudis Pour le moyen-âge...c'est vraiment de la grosse viville !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vräala
Jarl
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 30
Blason de l\'équipe :
Honneur :
72 / 10072 / 100

Expérience de rôliste :
22 / 10022 / 100

Date d'inscription : 08/01/2008

Personnage
Points de vie:
210/210  (210/210)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
22/22  (22/22)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Mar 17 Juin - 19:06

Je crois que Technotitlan avait une population avoissinante, si ce n'est le million. Mais Technotitlan........ c'est nous :hrrhh:

√ ((250 000habitants * 350 Jours/an * 0.5 kg/habitant/Jour) / (π*0.1 kg/m2/an)) = 11800 m


11km de rayon ta ville.... à moins que je n'ai fais une erreur. Et seulement pour la nourriture.
Soit une circonférence à défendre de 74km.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Mer 18 Juin - 11:45

C'est vrai :çava:
Mais, fini ton rp, que je puisse entamer des négociations ou rejoindre Gnosia. dans tout les cas, ton armée, qui s'est regroupée, n'est pas de taille à choper la mienne qui est aussi nombreuse et bien plus ordonnée et équipée :159159:

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarik Stefanson
Kongr de Skaerling
avatar

Nombre de messages : 2397
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
78 / 10078 / 100

Expérience de rôliste :
50 / 10050 / 100

Date d'inscription : 20/02/2008

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
23/23  (23/23)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Mer 18 Juin - 13:24

Moi faire un rp? Ou vraala?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vräala
Jarl
avatar

Nombre de messages : 341
Age : 30
Blason de l\'équipe :
Honneur :
72 / 10072 / 100

Expérience de rôliste :
22 / 10022 / 100

Date d'inscription : 08/01/2008

Personnage
Points de vie:
210/210  (210/210)
Défense:
15/15  (15/15)
Attaque:
22/22  (22/22)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Mer 18 Juin - 20:26

Les nouvelles de la bataille avaient effarrés Vraala. Comment diantre aurait-il put supposer une pareille technique pour les repousser, en catapultant des tonnes de pierres pour renflouer nos tunnels tout en emportant des milliers d'entre eux dans le même temps...

La plupart de ses hommes n'avaient pas eu l'occasion de se battre, et bien que reposés leurs moral était quelque peu rabattu. C'est l'occasion d'un petit discours (<Hrp> Me demande pas de faire un texte complet non plus <Hrp>)

"
Soldats.
La plupart parmis vous n'ont put faire rougeoier leurs macana. Ne désespérez pas, les occasions ne manqueront pas de rabbacher l'orgeuil de ces sales étrangers.
Nombre d'entre eux sont mort aujourd'hui, et par leurs propres armes! Ces chevaliers ne valent rien. Nous pouvons d'ores et déjà marcher pour rejoindre le général Weykyu et son armée autour de leur capitale.
Soldats.
Au massaaaaaaaaaacre !!!!

YEAHHHHHHHHhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
YEAHHHHHHHHhhhhhhh
YEAHHHHHh
"


Vraala ordonna de mettre le feu sur les buches qui leurs restait et y laissa ses deux milles guerriers les plus bruyants accompagnés de centaines de tonneaux d'alcool rafflés dans les villages pour laisser l'ennemi croire à sa présence ici. Ils se replieront au matin dans les sous sols au cas ou l'ennemi fait une sortie, après avoir effacer le maximum de traces indiquant la direction de l'armée.

Ainsi retardés d'une journée, l'armée principale commandée par Tarik aura le temps de rejoindre le champ de bataille sur les arrières de ces chevaliers prétentieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bisol von Sint-Omer
HochMeister
HochMeister
avatar

Nombre de messages : 6446
Age : 27
Blason de l\'équipe :
Honneur :
92 / 10092 / 100

Expérience de rôliste :
70 / 10070 / 100

Date d'inscription : 04/07/2007

Personnage
Points de vie:
200/200  (200/200)
Défense:
30/30  (30/30)
Attaque:
17/17  (17/17)

MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   Jeu 19 Juin - 13:20

Le rire de mon second se fit une nouvelle fois entendre. Une fois encore, je le vis ordonner la recharge des armes de siège. Sa seule cible possible étant ma propre position, je fus pris de panique.
-Arrière soldats, arrière ! Repliez vous !
-Mais, mon général, commença un de mes lieutenants, nous allions les écraser ! Il n’est pas digne de nous de tourner le dos à l’ennemi !
-Si tu préfères TE faire écraser, libre à toi, mes rappelle tes hommes, et en vitesse !
L’homme me regarda d’un air pantois, puis exécuta mes ordres promptement.
Les Hyènes continuaient à fuir dans les tunnels, persuadées que nous allions les y poursuivre.
Quant à mes troupes, celles qui avaient d’or et déjà compris la menace déclenchèrent une panique générale et un mouvement massif vers le centre du camp. Cela suffit à sauver presque tout le monde, l’imprécision du tir de barrage de Belzébuth étant d’environ 50 mètres.
Il fut inutile de poursuivre les Hyènes, et cela nous eu d’ailleurs été impossible : les tunnels s’étaient refermés sur elles.

Sitôt après ces faits tragique, je réunis mes capitaines dans ma tente pour faire le point, et décider de nos prochaines manœuvres.
Il s’avéra rapidement que nous avions perdu 3 capitaines lors de la tuerie, dont 1 emporté par les traits d’artillerie. Cela faisait trois belles promotions pour des lieutenants, comme l’affirma Belzébuth, tout souriant. Parmi ceux-ci, un de mes proches amis, Mathieu l’Implacable. Je retins une larme. Cet ami m’avait déjà sauvé la vie plus d’une fois, et nous avions étés nommés en même temps. Puis, nos affectations avaient changées. Mathieu fut affecté à la compagnie des aigles, alors que j’étais nommé lieutenant chez les Lynx.
-Ils nous le payeront, vous avez ma parole. Chacun de nos morts leur coûtera dix des leurs !
-Et encore, Bisol, tu es gentil ! Affirma Robert, plein de hargne. « Mon escouade a eu à pâtir de 14 pertes, tous des braves, tous des hommes ! ». Il abattit son poing sur la table de commandement, et renversa la majorité des verres emplis de vin qui s’y trouvaient, transformant instantanément une nappe immaculée en un torchon sanglant.
-Je sais, Robert. Je sais. Capitaines, d’après les recensements, combien d’hommes avons-nous perdu ?
-Mon seigneur, 3681 hommes sont morts durant la bataille ! Une boucherie sire !
-Si je puis me permettre, mon commandant… Commença un autre. « Les tirs du Possédé ont annihilés plus de ¾ de ces effectifs ! Un vrai désastre !
Aussitôt, un gant noir enserra son coup et le souleva de sa chaise.
-Votre attitude insolente me consterne, capitaine. Je ne tolérerai pas une seule parole de ce type dans votre misérable bouche ! Rugit Belzébuth.
Je soutins mon front, soupirai, puis lui intimai de relâcher l’officier.
-Il suffit, Belzébuth ! Votre attitude est inconcevable de votre part ! Assumez vos responsabilités, ne semez pas le trouble et la haine parmi nos hommes, j’ai dit !
Quant à vous, capitaine Duros, je préférerais que vos adjectifs restent dans votre bouche. Contentez vous d’énoncer des faits ! Ce « désastre » en a certainement évité un autre, bien plus grave : les corps à corps archaïques au milieu du camp, où notre discipline n’aurait pas pu nous servir autant que sur un champ de bataille ! Ces chiens le savaient, capitaine. Belzébuth a anticipé la catastrophe et y a paré de manière très efficace, du fait que les Hyènes sont morts enterrés dans ces trous à rats, sans doutes par milliers.
-Auriez vous oublié, sire, que nous étions ne surnombre, et qu’ils ont encore des troupes, restées en aval des tunnels ?
-Et vous capitaine, pensiez vous que trois Hyènes sortant de l’ombre n’ont pas une chance de vous abattre ? Mon second a cautérisé une plaie qui aurait pu s’infecter ! Ca fait mal, mais c’est radical, capitaine. Et puis, de toutes façon, peu importe après tout ! Les faits sont là. Belzébuth ne sera pas sanctionné, mais devra à l’avenir m’avertir de ses plans avant, que nous nous préparions. Pensons plutôt à la suite de la campagne. Que suggérez vous ?

Après de longs débats, nous convîmes que les Hyènes devaient être encore plus affamées que nous, démoralisée, et surtout : regroupées près du camp.
Des éclaireurs et des espions nous confirmèrent que le moral était au plus bas.
Un pigeon ne tarda pas à nous apporter une piste supplémentaire : Gnosia était assiégée.
Cela fit sourire nombre d’entre nous. C’était la première fois que les murailles dessinées par le Grand Maître Architecte Lucas allaient servir. Tout était prévu à la perfection jusque dans le moindre détail. Cette branche de l’Ordre (les Maçons) était très compétente à ce niveau, tout comme pour la création de nos codes. Gnosia, outre ses enceintes assorties de nombreux trébuchets et balistes, disposait également de faubourgs vivriers capable d’assurer l’autonomie alimentaire de la citée en tant de paix. Or, la population avait doublé suite aux réfugiés, passant de 250 000 à 500 000. En se serrant la ceinture, ils devraient pouvoir tenir près d’une année.
C’était sans compter que les quartiers généraux de l’Ordre s’y trouvaient, ainsi que de nombreuses écoles militaires de renom. Les citadins allaient certainement être réquisitionnés et entraînés en tant que milice. En comptant qu’une Hyène valait environ 3 citadins en étant pessimiste, et que nous pouvions espérer en former 60 000, cela nous faisait environ de quoi contenir 20 000 hyènes. Sans compter la phalange qu’ils pourraient faire pour tenir des portes par exemple. Plus les 100 000 écuyers, cela faisait peu, mais dans une citadelle comme Gnosia, les chiffres ne signifiaient pas grand-chose. La position stratégique de la ville, sur un nid d’aigle rocheux, empêchait tout maudis tunnel d’y accéder, et fournissait à la ville une source de montagne assez pure.
Quoi qu’il en soit ils tiendraient longtemps là-bas. Et les Hyènes avaient commis une erreur : ils s’étaient rassemblés. Nous n’aurions pas très difficile à les prendre en étau. Mes 100 000 hommes étaient encore en bonne condition, habitués aux jeûnes qu’ils étaient.
Belzébuth me glissa à l’oreille un plan qui me fit sourire. Oui, ils allaient bientôt périr, ces chiens.

Malgré les cris de joie des Hyènes à proximité du camp, nous prîmes la décision de l’abandonner, quitte à ce que nos ennemis s’en emparent. Les armes de sièges furent réduites en cendres malgré les suppliques de mon second, et nous assurâmes à notre colonne de marche une formation en croix, imaginée par Bolseslaw :

L’intérêt de cette formation, c’est qu’elle assurait une défense efficace de tous les côtés, déjouant ainsi les embuscades ou prise en tenaille. Aucun flanc n’était exposé, et les phalangistes, sur 20 rangs, pouvaient assurer un mur impénétrable. De l’infanterie plus mobile pouvait intervenir en cas de besoin, pour combler une brèche ou porter un coup d’attaque à l’ennemi. L’inconvénient, c’est que la cavalerie avait peu de manœuvre, et que la formation était presque immobile, limitée à la défense. En cas de déplacements, comme c’était le cas pour nous rejoindre Gnosia, les hommes regardaient tous dans la direction du mouvement, mais en restant à leur poste. En cas d’attaque, il leur suffisait donc de se retourner sur eux-mêmes.

_________________
Mieux vaut mourir avec honneur que vivre dans la honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La revanche de Bisol   

Revenir en haut Aller en bas
 
La revanche de Bisol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La conquête de Pandrea :: LE JEU :: Jeux écrits-
Sauter vers: